Aleteia

Angela Merkel appelle les Allemands à ne pas avoir peur de chanter des chants chrétiens

AFP PHOTO/ POOL/ LAVANDEIRA JR
SPAIN, Santiago de Compostela : German Chancellor Angela Merkel embraces the statue of Saint James during a visit with Spanish Prime Minister Mariano Rajoy at the cathedral of Santiago de Compostela, on August 25, 2014. Merkel is on a two-day visit to the northwestern city of Santiago de Compostela. AFP PHOTO/ POOL/ LAVANDEIRA JR
Partager
Commenter

La chancelière ne veut pas voir disparaître la culture allemande authentique et chrétienne.

La chancelière allemande Angela Merkel a appelé son parti à se souvenir de ses valeurs chrétiennes et à ne pas hésiter à chanter les cantiques qui vont avec. La plupart des médias allemands n’en n’ont retenu que la flute à bec, instrument qu’elle a osé mentionner, qui accompagne traditionnellement en Allemagne les chants chrétiens, comme le raconte le magazine Pro

La chancelière a demandé à ses auditeurs combien parmi eux chantaient encore des chants chrétiens pendant la nuit de Noël : « Combien de chants chrétiens connaissons nous encore et combien en enseignons-nous à nos enfants et à nos petits enfants ? C’est pourtant notre devoir ! ».

Par cette sortie, elle déclencha quelques sourires et l’intérêt des médias. Certains l’ont ouvertement critiqué : le publiciste Henryk M. Broder a ainsi déclaré : « De même qu’il n’appartient pas à la mission d’une chancelière d’expliquer à ses citoyens quels livres ils doivent livres et comment ils doivent se nourrir, de même il ne fait pas partie de sa mission de leur conseiller les chansons qu’ils veulent écouter » et il a poursuivi : « il ne s’agit pas d’une compétition entre islamisation et rechristianisation mais de la protection d’une société sécularisé dans laquelle l’État ne fait aucun traitement de faveur ».

Le Huffington Post a pris une toute autre position : il rappelle que cette déclaration s’adresse précisément à ceux qui craignent de voir leur culture menacée par l’immigration. Comme elle a coutume de le faire, Angela Merkel montre que le plus important est de retrouver une véritable culture chrétienne pour vivre de manière vivante une piété qui peut redonner confiance en l’identité allemande.

Si la culture allemande authentique et chrétienne disparait, c’est parce que, comme en France, trop de personnes, certes attachées au christianisme, ont cessé de pratiquer. Il est donc tout à fait inutile de se lamenter sur la perte de notre identité si l’on n’a pas soit même transmis à nos enfants ou à nos petits-enfants ce qui fait le cœur de notre héritage et de notre identité : la foi en Dieu et l’enseignement du Christ. Angela Merkel, grande représentante de la droite modérée allemande a donc raison de dire qu’il ne sert à rien de se lamenter sur les succès de l’extrême droite, si seule celle-ci s’autorise à mettre en avant la dimension chrétienne de notre culture et de notre héritage.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]