Aleteia

Le pape François appelle les catholiques à prier pour le Congo

© Junior KANNAH / AFP
(FILES) This file photo taken on November 12, 2016 shows delegates and members of Congolese Episcopal conference (Conference episcopale nationale du Congo, Cenco) arriving to meet United Nations Security Council's members in Kinshasa at the start of a three-day visit of a UN Security Council delegation to the Democratic Republic of Congo. Last-ditch talks led by Congo's Catholic bishops went into overtime on December 17, 2016 only days ahead of a deadline for President Joseph Kabila to step down from power or risk setting off a political crisis. The country's Catholic episcopal conference, CENCO, had initially set a December 16 deadline to get the government and opposition to agree on a transition for the country after Kabila's second and last legal term expires on December 20. / AFP PHOTO / Junior KANNAH
Partager
Commenter

Les évêques congolais tentent de calmer les lourdes tensions socio-politiques.

Le lundi 19 décembre 2016, les évêques de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), ont été reçus en audience au Vatican par le pape François. Une démarche qui s’inscrit dans le cadre d’une médiation que l’église catholique de la République Démocratique du Congo (RDC) a entreprise pour apaiser les tensions qui prévalent dans le pays. La délégation était composée du président de la CENCO, Mgr. Utembi Tapa, archevêque de Kissnagani, de son vice-président, Mgr Ambongo Besungu, archevêque de Mbandaka-Bikoro et administrateur apostolique de Bokungu-Ikela.

C’est la situation socio-politique du pays qui a été au centre de leur entrevue avec le Pape. En effet, le mandat du président Joseph Kabila est arrivé à échéance le mardi 20 décembre. Cependant, au-delà de ce mandat officiel, personne n’a été désigné pour lui succéder, d’autant qu’il n’y a pas eu des élections. Pour l’opposition et ses militants, ce n’est ni plus ni moins qu’une manœuvre de la majorité, et du président lui-même, pour permettre à ce dernier de conserver le pouvoir aussi longtemps que possible. Ce qui a provoqué des tensions palpables qui ont dégénérées en violence. Ainsi, la capitale Kinshasa, en plus d’avoir été le théâtre de violences, s’est transformée en ville morte le lundi. Comme pour compliquer la situation, le président Kabila a annoncé la formation d’un gouvernement qui a été dénoncé et rejeté aussitôt par l’opposant historique, Étienne Tshisékédi.

Une source proche de la médiation explique : « Dans ce contexte, l’Église catholique tente, inlassablement, de trouver une solution pacifique à la crise. Elle mène une médiation entre les différents partis pour instaurer une période de transition avec l’actuel pouvoir et l’opposition en vue d’élections générales. Mais ses efforts restent pour l’instant infructueux. Les évêques ont ainsi suspendu le processus samedi 17 décembre et ne devraient reprendre leurs travaux que le mercredi 21 décembre. La CENCO tient, depuis le 8 décembre, des assises inter-congolaises regroupant les hommes politiques du pouvoir, de l’opposition, ainsi que des représentants de la société civile ».

Avant de recevoir les évêques congolais ce lundi 19 décembre, le pape François, après l’angélus du dimanche 18 décembre, avait lancé un appel aux catholiques à prier pour la RDC en ces termes : « Je vous demande à tous de prier afin que le dialogue dans la République démocratique du Congo se déroule avec sérénité, pour éviter tout type de violence et pour le bien de tout le pays ».

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]