Aleteia

Le secret de l’héroïsme de l’astronaute John Glenn ? Sa femme

NASA
NASA
Partager
Commenter

Ils furent inséparables dès l’âge de deux ans et vécurent un mariage admirable.

John Glenn, héros de guerre, sénateur et premier Américain à avoir été en orbite autour de la Terre, est mort le 8 décembre à l’âge de 95 ans. Il fut également la personne la plus âgée jamais allée dans l’espace, quand il participa à la « Discovery mission » à l’âge de 77 ans.

John Glenn a mené une vie incroyable : il a participé à des dizaines de missions en tant que militaire, est allé dans l’espace et a été, pour cela, décoré à de nombreuses reprises. Les États-Unis rendent donc hommage à leur héros national pour toutes ces réussites. Il en est une qu’il ne faut pas oublier : son mariage avec sa femme Annie, qui a fructifié pendant plus de 70 ans. John et Annie se sont connus à l’âge de deux ans, sortirent ensemble dès le lycée et se marièrent en 1943.

Sa femme Annie lutta toute sa vie contre son bégaiement

Annie Glenn était une femme particulièrement forte. Elle s’est battue contre son bégaiement tout au long de sa vie. Il prenait parfois tellement d’ampleur qu’elle avait des difficultés pour prononcer 85 % des mots qu’elle voulait dire. En fait, Annie ne parla presque pas jusqu’à ce qu’elle s’inscrive à un programme intensif de trois semaines pendant lequel il lui fut interdit d’appeler sa famille et ses amis. À la fin, elle appela son mari et elle parla si distinctement qu’il en eut les larmes aux yeux. Une des premières choses qu’elle lui dit ? « John, ça fait des années que j’ai envie de te dire ça. Ramasse tes chaussettes. »

Après son stage, Annie sut qu’elle avait trouvé sa vocation. Elle se mit à faire des discours pour soutenir la campagne de son mari en vue du Sénat. Mais le plus remarquable était ce qui se passait à l’issue de ces discours. Comme l’a fait remarquer un journaliste en 1984, Annie Glenn se mettait en quête des personnes handicapées. « Dans une foule, elle se dirigeait directement vers les personnes en fauteuil roulant. Elle avait comme une sorte de radar. Elle essayait toujours de trouver la personne la plus timide de la salle. »

Par la suite, elle devint professeur adjoint en orthophonie à l’Université de l’Ohio, fit partie du Conseil national sur la surdité et autres problèmes de communication et fut décorée à maintes reprise pour son travail.

Un couple engagé

Ce couple était manifestement un couple engagé. Toutes les actions que John et Annie Glenn ont entreprises en disent beaucoup sur leur personnalité. Mais peut-être que la qualité et la longévité de leur couple en disent plus que toutes les médailles et distinctions qu’ils ont reçues.

Tout au long de sa carrière, le dévouement et la fidélité de John Glenn envers Annie, son amie d’enfance, sa compagne d’une vie, son seul véritable amour n’ont jamais faibli. Pendant la deuxième guerre mondiale et la guerre de Corée, quand il partit pour ses premiers vols, Annie et lui inaugurèrent une tradition sacrée. À chaque fois qu’il partait en mission, il disait à sa femme qu’il allait juste au coin de la rue s’acheter un paquet de chewing-gums, ce à quoi elle répondait affectueusement : « Rentre vite. »

Alors qu’il s’apprêtait à partir pour sa dernière mission dans l’espace en 1998, son dernier à cadeau à sa femme fut, un paquet de chewing-gums. Annie fut profondément touchée par ce geste et garda le paquet de chewing-gums dans sa poche jusqu’au retour de son mari sur Terre.

Annie, une vraie source d’inspiration

Tous deux avaient un immense respect l’un pour l’autre, et leur mariage était un mariage de loyauté, de simplicité. Il est probable qu’une part des immenses succès de John Glenn revienne à sa femme, si forte et aimante, qui fut une source d’inspiration pour de nombreuses personnes, y compris John Glenn lui-même. Il y a d’innombrables écrits concernant John Glenn, que la plupart des Américains vénèrent comme un héros. Mais comme il l’a écrit au sujet de sa femme : « Il faut du cran pour vivre avec un handicap. Je ne sais pas si j’aurais eu le courage de faire toutes ces choses qu’Annie a faites si bien. »« Nous pensons souvent que les héros sont des personnes connues, mais l’Amérique est constituée de toute une nation de héros qui rencontrent des problèmes très difficiles, et dont le courage est rarement loué. Des millions d’individus sont des héros à part entière. »

« Pour moi, Annie fait partie de ces héros. »

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]