Aleteia

Chine : Les catholiques bientôt sous surveillance ?

WANG ZHAO / AFP
Young Chinese worshippers attend the Christmas Eve mass at a Catholic church in Beijing on December 24, 2015 as Christians around the world prepare to celebrate the holy day. / AFP PHOTO / WANG ZHAO
Partager
Commenter

Une nouvelle vague de baptêmes chrétiens pour Noël presse l’accord du Vatican avec le gouvernement chinois.

France Inter consacrait une émission au « regain chrétien » en Chine le 13 décembre dernier, au moment où un accord avec le Saint-Siège se prépare.

Les Chinois ont soif de spiritualité, les évêques de liberté

En Chine, le nombre de chrétiens augmente de près de 10% chaque année depuis la mort de Mao en 1976, qui a mis fin à leur persécution par les gardes rouges. Ce qui conduit l’empire du Milieu à devenir l’un des premiers pays chrétien au monde avec près de 100 millions de croyants. Une vague de baptêmes est attendue à Noël, signe d’une soif de spiritualité des Chinois puisqu’il s’agira de nouveaux fidèles adultes.


Lire aussi : Chine : trois ordinations épiscopales scrutées de près


L’Église officielle du régime côtoie celle qui est sous la responsabilité vaticane. Cependant, le contrôle de cette dernière demeure difficile dans un contexte diplomatique sensible entre le Saint-Siège et le gouvernement chinois. Les deux États se rapprochent pour signer bientôt un accord, après un silence qui dure depuis 1951. Récemment, le Vatican condamnait des ordinations épiscopales jugées « illicites », suite à des rumeurs concernant « certaines ordinations épiscopales conférées sans mandat pontifical à des prêtres de la communauté non officielle de l’Église catholique de Chine ». Les évêques prennent donc des libertés, ou revendiquent celle à laquelle ils n’ont pas droit ?

Un modèle vietnamien pour la Chine plutôt inquiétant

C’est en allant voir du côté du Vietnam, où la situation de tensions avec l’Église est assez similaire, que nous pouvons y voir plus clair. Avec près de 7 millions de chrétiens, le régime communiste a précédé son partenaire communiste chinois pour surveiller l’Église. « Le Vatican expérimente actuellement une nouvelle relation avec le gouvernement du Vietnam qui est devenue une référence, un modèle pour la Chine », note le reporter Dominique André. Mais les évêques ne « sont nommés par le Vatican qu’en apparence, en réalité, ces évêques ont été préalablement choisis par le gouvernement ».


Lire aussi : Chine : « Toute ordination épiscopale sans mandat pontifical est illicite »


La Chine veut s’inspirer de ce modèle qui préserve la mainmise du parti communiste sur la religion. Car « elle insiste beaucoup sur sa souveraineté, pas que sur les religions mais aussi sur Internet et son économie ». Le Pape recevait le président vietnamien le 23 novembre dernier, dans la continuité du rapprochement qui s’effectue depuis 2009. Bien que le Vietnam cherche à sortir depuis quelques années de l’emprise chinoise, il est difficilement envisageable que ses nouvelles relations avec le Vatican soient exonérées de l’adhésion chinoise. En effet, « l’établissement de relations diplomatiques avec Hanoï constituerait aussi un message à destination de la Chine, soulignant la capacité du Saint-Siège à établir des rapports de bonne volonté avec un régime communiste », analyse l’envoyé du journal La Croix.

En Chine, l’intérêt d’un tel accord avec le Saint-Siège est de mettre fin aux massacres, emprisonnements et autres représailles subis par les membres de l’Église chinoise non officielle. Pourtant, ce modèle favorable au gouvernement durcit la liberté du clergé local. Fin novembre, la Conférence des évêques vietnamiens s’est ainsi « fortement opposée, mais sans succès, au projet de “loi sur les croyances et la religion adopté par l’Assemblée nationale », révélait le journal La Croix. L’épiscopat l’avait jugé « peu conforme » à la démocratie. Ce projet de loi préoccupe l’Église du Vietnam. En effet, « plusieurs fois le gouvernement a pu utiliser le Saint-Siège pour modérer les ardeurs de certains évêques ». Et si la Chine et le Vietnam sont des adversaires politiques, « les deux partis communistes sont aussi des “partis frères qui observent de près leurs politiques religieuses respectives ».

Doit-on craindre pour l’avenir des catholiques de Chine ? Quoi qu’il en soit, l’accord avec le Saint-Siège est imminent.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]