Aleteia

Le réel esprit de Noël

© Antoine Mekary / ALETEIA
Thousands of Italian children take a Baby Jesus from their Nativity Scene (for the tradition Bambinelli) to be blessed by Pope Francis during his weekly Sunday Angelus prayer in St. Peter's Square in
Partager
Commenter

Pour ceux qui l'auraient perdu de vue, voilà quelques indices pour le retrouver.

Bientôt Noël, bientôt la Lumière rejaillira dans le monde comme une source jeune, vive et inépuisable. Image ? Symbole ? Peut-être, mais dans un second temps. Car le symbole et l’image succèdent à l’action réelle, au signifiant plein et plus grand qu’ils incarnent. Au-delà du symbole, il y a une action réelle de Noël, ce qu’on appelle dans le langage populaire l’esprit de Noël.

Chaque année, le Dieu d’Amour revient, réactualise Sa Présence en nous et autour de nous. Chaque année, Il renouvelle son invitation.

C’est-à-dire que tous les ans, à la même période de l’année, le Mystère de l’Incarnation est réactualisé comme en ce jour béni d’il y a près de 2016 ans. Quelque part, à un certain degré d’existence invisible mais réel, Dieu s’incarne à nouveau, rend plus manifeste sa présence. Et cette action invisible agit réellement, efficacement sur notre monde matériel et sur l’organe qui fait le lien entre l’invisible et le visible : le cœur.

Et Dieu vient frapper doucement à la porte de notre cœur. Il n’est pas, Il ne l’a jamais été, un Dieu qui punit, un Dieu qui châtie. C’est bien plus terrible que cela, Il est un Dieu qui aime. Non pas d’un amour niais sucre d’orge, mais d’un amour de Feu qui brûle les scories qui encombrent l’âme. Cette âme qui s’accroche à son passé, à ses fautes, à ses faiblesses, cette âme qui entretient une relation toxique avec elle-même, cette âme qui refuse de grandir, qui refuse de se laisser aller, de s’abandonner dans les mains de Dieu. En venant dans le monde, comme n’importe lequel d’entre-nous, sous la forme d’un bébé, Dieu nous montre l’exemple.

« J’ai la toute puissance, j’ai tout créé, et pourtant je viens près de toi, dans ton monde parfois fou, parfois douloureux et absurde afin de te montrer comme je t’aime, afin de te montrer comme tu pourrais être bien plus heureux si tu te laissais aller plutôt que de te crisper. Si seulement, tu pouvais te laisser porter par l’eau ma Vie plutôt que de te débattre jusqu’à avoir l’impression de te noyer… »

Voilà ce que nous dit l’Incarnation, voilà ce que nous dit la naissance du Christ qui n’est ni jugement, ni condamnation mais guérison de l’âme et du corps même par-delà la mort.


Lire aussi : Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ?


Si l’on veut bien ouvrir notre cœur à l’action divine, prendre conscience du caractère grandiose de la pièce dans laquelle nous jouons, nous faisons un pas décisif dans la conscientisation du Royaume qui est au dedans mais aussi tout autour de nous.

Car à l’état normal de veille, nous sommes par rapport au monde spirituel comme des ivrognes par rapport à notre monde quotidien. Nos perceptions de la réalité sont limitées, troublées, faussées, parcellaires, titubantes.

Faire la démarche consciente et volontaire de se tourner vers la Lumière naissante est une façon de revenir à plus de sobriété de l’âme, c’est-à-dire à une vision plus claire des choses, plus reliée à la Source, aux autres, au monde et à l’Univers dans son ensemble.

Noël, source jaillissant au travers de tous les niveaux de réalité, traversant les dimensions, les univers, les mondes, pour venir éclore sur cette Terre et abreuver l’Humanité assoiffée, pour venir réparer l’Humanité incomplète, pour venir guérir l’Humanité blessée.

Noël comme un pont arc-en-ciel entre la Terre et le Ciel, Noël comme une invitation à laisser les soucis et les fardeaux innombrables de la vie du monde afin de nous tourner vers l’Autre, vers les autres. Noël comme une Grâce, comme l’occasion de vivre Dieu dans nos relations avec la famille, avec les amis, avec le monde.

La Lumière de Noël doit nous donner confiance. Confiance que malgré les horreurs qu’on peut lire et voir tous les jours, que malgré nos failles, que malgré nos faiblesses, nos doutes et nos angoisses, nous arriverons à bon port dans les bras de Celui qui nous aime plus que tout et qui nous fera réellement devenir nous-mêmes pour l’Éternité.

Que cette fête divine soit pour chacun l’occasion de revêtir le Nouvel Homme et de puiser dans la Source inaltérable de Lumière qui se trouve en lui et qui se nomme Jésus-Christ.

Bref, en un mot comme en cent : joyeux Noël à tous !

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]