Aleteia

Tawadros II : « La main du terroriste ne pourra jamais échapper à la punition divine »

Khaled DESOUKI / AFP
Egyptian clergymen stand next to the coffins of the victims of a bomb explosion that targeted a Coptic Orthodox Church the previous day in Cairo, during their funeral in the Egyptian capital's Nasr City neighbourhood on December 12, 2016. / AFP PHOTO / Khaled DESOUKI
Partager
Commenter

Le martyre "sans équivoque et dénaturations" au coeur des funérailles de 25 victimes de l'attentat contre l'Église copte ordoxe au Caire.

« La main du terroriste ne pourra jamais échapper à la punition divine ! », a clamé haut et fort le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, en célébrant les obsèques des 25 victimes de l’attentat terroriste perpétré le 11 décembre dernier, contre l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, dans le quartier d’Abbasiya au Caire. Ces 25 victimes sont des « martyrs » qui  « nous unissent au Ciel et font monter notre cœur jusqu’à ceux qui y sont déjà et intercèdent pour nous », a souligné le Patriarche, dans une forme de protestation contre cet « amas d’équivoques et de dénaturations » alimentés par la propagande djihadiste qui « exalte comme martyrs les auteurs des attentats suicides », commente l’agence Fides.

Des centaines de fidèles assistaient à la cérémonie, le 12 décembre , en la cathédrale Saint-Marc. Parmi les amis et membres des familles des victimes, certains ont accueilli le Patriarche à l’entrée de la cathédrale « en invoquant la pitié de Dieu », d’autres « en lançant des cris de victoire dans la certitude que leurs proches avaient été accueillis au Paradis », rapporte l’organe d’informations des Oeuvres pontificales missionnaires, à Rome .

L’Église des martyrs

« Nous appelons notre Église, l’Église des martyrs, a expliqué le Patriarche, car depuis le Ier siècle après Jésus-Christ, les coptes ont donné leur vie en sacrifice par amour pour le Christ ». Et ces nouveaux martyrs coptes ont perdu la vie au cours du mois de Kiahk, mois consacré à la Très Sainte Vierge Marie dans le calendrier copte et qui précède Noël, qui est un mois de joie et de louange. Ils méritent donc des « adieux dans le même esprit de louange », parce que « nous croyons qu’il n’existe pas de mort pour ceux qui aiment Dieu … qu’ils seront ressuscités dans la joie pour la vie éternelle », a insisté le Patriarche, essayant de transmettre à l’assemblée, accablée de douleur, « de manière simple et désarmante », relève l’agence Fides, ce regard chrétien que « le manque de mémoire » semble le plus souvent voiler, en voilant cette caractéristique du martyre, qui n’a pas son « pareil » dans l’histoire du monde.

 Commémoration civile, un fait inédit

Le même jour, au cours de la commémoration civile des victimes, au Mémorial du soldat inconnu, jamais réalisée lors d’autres massacres de chrétiens en Egypte, le Président égyptien, Abdel Fattah al Sisi, a annoncé l’arrestation de quatre personnes, soupçonnées d’être impliquées dans l’attentat, et il a indiqué comme responsable du massacre, un jeune kamikaze. Jusqu’ici la piste djihadiste est accréditée, même si les deux plus importantes organisations djihadistes actives au Caire, le mouvement Hasam et le groupe Liwaa al Thuwrah, ont condamné l’attaque.

Si le bilan officiel de l’attaque fait état de 23 morts, la presse locale fait état de 25 victimes, et d’une cinquantaine de blessés.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]