Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 24 janvier |
Saint François de Sales
home iconÉglise
line break icon

Le Pape prie pour son "frère le pape"

© ANDREAS SOLARO / AFP

Pope Francis addresses the crowd from the window of the apostolic palace overlooking St.Peter's square during his Sunday Angelus prayer on January 10, 2016 at the Vatican. / AFP / ANDREAS SOLARO

Isabelle Cousturié - Publié le 12/12/16

À l’angélus dominical, le Saint-Père a prié pour le patriarche de l’Église copte et les victimes de Syrie, Égypte, Turquie et Nigéria.

« Les lieux sont différents, mais hélas, la violence qui sème la mort et la destruction est unique », a déploré le pape François en évoquant dimanche, à l’angélus, les « odieux » attentats qui ont frappé « plusieurs pays ces dernières heures ». Mais une seule façon aussi pour y répondre, « la foi en Dieu et l’unité dans les valeurs humaines et civiques », a-t-il exhorté, avant d’appeler tous les baptisés à prier pour les victimes et leurs familles. Une pensée spéciale est allée à son « cher frère le pape Tawadros II », le patriarche de l’Église copte orthodoxe, et à « sa communauté », victime de l’explosion d’une bombe, en pleine célébration de la messe, dans une église près de la cathédrale Saint-Marc du Caire, faisant au moins 23 morts et près de 50 blessés.

Ce lundi, rapporte l’agence I-Media, le Pape a présenté ses condoléances « au patriarche et à la communauté copte durement touchée, en particulier les femmes et aux enfants qui font partie du plus grand nombre des victimes ». Selon un communiqué du directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, Greg Burke, le Saint-Père, a annoncé qu’il prierait pour la communauté copte lors de la messe célébrée le même jour pour la fête de Notre-Dame de Guadalupe. « Nous sommes unis dans le sang de nos martyrs », a-t-il dit au patriarche qui a de son côté rappelé son expression souvent employée « d’œcuménisme du sang ».

Un double attentat s’est produit également, la veille, près du stade de Besiktas et dans le parc de Macka, à Istanbul, en Turquie, faisant au moins 38 morts et près de 200 blessés, et revendiqué par un groupuscule kurde. Un autre attentat, au Nigéria, deux jours auparavant, où au moins 45 personnes ont perdu la vie dans un double attentat perpétré par deux femmes kamikazes sur un marché de Madagali, berceau historique du groupe djihadiste Boko Haram, dans le nord-est du pays.

Appel pour Alep

À l’Angélus, le souverain pontife a également demandé aux fidèles de ne pas oublier de prier pour les habitants de Syrie, particulièrement pour « les familles, les enfants, les personnes âgées ou malades » qui vivent à Alep, où une offensive, lancée par le régime syrien, est en cours.

« Tous les jours, je suis proche du peuple d’Alep », a déclaré le Pape, de la fenêtre de son bureau, au-dessus d’une place Saint-Pierre noire de monde, et « je lance un grave appel à tous : faisons un choix de civilisation, disons non à la destruction, oui à la paix, oui au peuple d’Alep et de Syrie ». Car, « hélas,  guerre qnous nous sommes habitués à la guerre, à la destruction », a déploré le Pape qui trouve également intolérable de voir « toute l’histoire, la culture et la foi » qui abondent dans ce pays, « reniée » par une guerre qui, rappelle-t-il, n’est qu’une « accumulation d’abus de pouvoir et de mensonges ».

En ce « dimanche de la joie »

En ce troisième dimanche de l’Avent, qu’on appelle « le dimanche la joie », le Pape a invité les baptisés à « écouter la voix de Dieu dans la prière » et à « le servir avec compassion dans nos frères « , spécialement « les plus faibles et les plus nécessiteux », pour êtres « prêts » au rendez-vous de Noël, à « accueillir Jésus » .

L’invitation de l’apôtre Paul « Réjouissez-vous, le Seigneur est proche » était le fil conducteur de sa petite méditation avant la récitation de l’angélus. Il ne s’agit pas d’une joie « superficielle ou purement émotionelle », a rappelé François, mais une joie « authentique  » qui touche « l’intimité de notre être ». Un chrétien sans joie, a-t-il insisté, est « un chrétien à qui il manque quelque chose ou qui n’est pas chrétien ! ». Car, c’est elle la « joie du coeur, la joie intérieure », qui nous fait avancer, et nous donne du courage.


Lire aussi : Réussir à reconnaître Dieu dans notre quotidien


Tags:
angelusattentatNoëlPape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
web2-mgr-chauvet-afp-000_1hh3qc.jpg
Caroline Becker
Mgr Chauvet : "Face au drame de Notre-Dame, le Seigneur m'apprend...
4
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
5
I.Media
10 ans après son ralliement à l'Église catholique, un ancien évêq...
6
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
7
Jérôme Lejeune
Timothée Dhellemmes
"L'intelligence de Jérôme Lejeune était orientée vers la vérité"
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement