Aleteia

Quand la religion rencontre la science

Osservatore Romano via AFP
Osservatore Romano via AFP
Partager
Commenter

La rencontre entre le Pape et Stephen Hawking fut cordiale, malgré leurs vues complètement opposées concernant l’existence de Dieu.

(Une rencontre surprenante s’est produite entre le Pape, qui maintient que la miséricorde de Dieu est infinie, et un scientifique qui rejette l’existence de Dieu en raison de l’infini de l’univers. Le 2 décembre, Stephen Hawking a participé à une conférence à Rome sur le Big Bang, aujourd’hui considéré comme la théorie la plus largement acceptée sur les origines de l’univers – une théorie proposée par le prêtre catholique Georges Lemaître (1894-1966) en 1927.)

Le pape François et Stephen Hawking se sont rencontrés face à face le 28 novembre au Vatican, quelques jours après qu’un astrophysicien renommé ait déclaré avec aplomb que demander ce qu’il y a avait avant le Big Bang était absurde puisque c’était comme « demander ce qu’il y a au sud du Pôle Sud. »

La rencontre entre ces deux personnalités charismatiques, représentants mondiaux de la foi catholique (François) et du savoir scientifique (Hawking), était exceptionnelle mais cordiale, malgré leurs opinions diamétralement opposées concernant l’existence de Dieu.

Le pape François considère Dieu comme un Père infiniment miséricordieux, plus grand encore que l’univers qu’il a crée. Ce même univers étudié par Hawking depuis des dizaines d’années et dont il affirme qu’il est apparu à partir de rien, sans intervention divine.

Hawking a déclaré que « la découverte de l’expansion de l’univers » la théorie du Big Bang fut l’une des découvertes intellectuelles les plus importantes des temps modernes. Cependant, « avec le professeur James Hartle de l’Université de Californie, j’ai déterminé quels principes physiques devait avoir l’Univers à ses origines, si l’espace-temps n’était pas délimité dans le passé. Notre modèle s’est fait connaître comme la proposition sans limite », a déclaré Hawking pendant la conférence sur la Science et la Durabilité organisée par l’Académie Pontificale des Science à la Casina Pio IV au Vatican.

Bien que la théorie du Big Bang soit une théorie bien acceptée parmi les experts, et que ce soit fondamental à la formation des galaxies et des planètes, il n’y a toujours pas de réponse convaincante à ce qui s’est passé avant l’explosion, ce qui en est la cause et par conséquent, la raison de l’existence. Néanmoins, la théorie correspond à une explication logique de l’Univers. « Le message scientifique est que nous sommes les enfants de la logique et non pas du chaos, » a expliqué le physicien nucléaire italien et collègue d’Hawking, Antonino Zichichi, dans une interview pour Radio Vatican.

Le pape François et le Big Bang

Dans un discours datant d’Octobre 2014 lors d’une séance Plénière de l’Académie des Sciences, le pape François ne mordant pas la pomme de la discorde entre la foi et la science a affirmé que le Big Bang était un acte d’amour de Dieu.

De la même façon, il soutient que la science et ces découvertes ne remet pas en cause l’existence de Dieu ; au contraire, l’évolution (par exemple) fait partie du dessein de Dieu pour Sa création.

« La création a progressé à travers les décennies et les millénaires, jusqu’à devenir telle que nous la connaissons aujourd’hui, précisément parce que Dieu n’est ni un démiurge ni un magicien, mais le créateur qui donne la vie à tous les êtres. »

« Le commencement du monde n’est pas un résultat d’un chaos qui doit ses origines à un autre chaos, mais dérive directement d’un Principe suprême qui crée par amour. »

« La théorie du Big Bang, qui est aujourd’hui proposée comme origine du monde, ne contredit pas l’intervention d’un créateur divin mais en dépend. La théorie de l’évolution dans la nature ne contredit pas la notion de Création, parce que l’évolution présuppose la création d’êtres qui évoluent, » a expliqué le pape François.

Le miracle de la vie de Stephen Hawking

Stephen Hawking, l’un des scientifiques les plus respectés au monde, a une opinion différente. Dans son ouvrage The Grand Design, publié en 2010, il argumente que l’Univers surgit spontanément, et que seule la physique et ses lois sont à l’origine de ce phénomène, laissant Dieu en dehors de toute explication sur l’origine de la vie.

Dans ce livre, ce fameux astrophysicien et astronome se déclare ouvertement athée. Pour lui, la religion est comme croire aux miracles, en contraste avec la méthode scientifique. « Dieu n’existe pas, » insiste-t’il.

Néanmoins, d’un point de vue scientifique, Hawking relève lui même quelque peu du miracle. Inexplicablement, il est toujours en vie à l’âge de 73 ans, après avoir été diagnostiqué à 21 ans de la sclérose latérale amyotrophique, une maladie dégénérative causant la paralysie des muscles.

Le diagnostique médical ne lui donnait plus que deux ou trois ans à vivre. Au lieu de cela, Hawking s’est marié, a eu des enfants et a parcouru le monde pour donner des conférences. Aujourd’hui, il peut bouger ses yeux et ses joues, lui permettant de contrôler un ordinateur afin de communiquer à travers un synthétiseur vocal. Avec sa voix métallique, il insiste sur le fait que la science expliquera un jour le principe de la vie.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]