Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La France est une personne et vous ne lui parlez point

Public Domain
Partager

Le billet politique de Thomas Flichy de la Neuville, à quelques jours du premier tour de la primaire de la droite et du centre.

Maintenant que les brumes ont été dissipées, et que les illusionnistes prétendant réduire l’essence de la France à la diversité ont été démasqués, les Français, goguenards, suivent du regard ces bateleurs de foire ranger leurs tréteaux et repartir dépités, vers le néant d’où ils sont sortis. Le 27 janvier 1787, Mirabeau se vit offrir par des marchands ambulants, de petits bonshommes de carton dont la tête, mue par une ficelle, s’agitait pour dire perpétuellement oui. « À quatre sous les notables » lui criait on aux oreilles.

Les nôtres valent-ils beaucoup plus ? Pour les hommes politiques s’apprêtant aujourd’hui à concourir pour se hisser au sommet de l’État, la partie ne sera guère aisée : dans un régime qui n’a jamais été aimé, l’élection se présente en effet comme le renouvellement d’une régence qui se prolonge, une parenthèse que l’on repousse. Aussi n’enthousiasme-t-elle personne. L’heureux temps des épousailles entre la France et son monarque semble être un souvenir lointain. Si lointain d’ailleurs, que les amants de passage ont totalement oublié leur rôle. Certains ont pris la France pour une machine, d’autres pour une contrée à piller. Quel malentendu… La France est une personne, messieurs, un être animé, et pas un d’entre vous ne s’est encore adressée à elle. Dans ces circonstances, comment vous étonneriez-vous de ce qu’elle vous dédaigne ?

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Le Top de Thomas Flichy de la Neuville
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]