Aleteia

Comment mettre en pratique l’enseignement de l’Église sur l’écologie ?

© Andrew Mayovskyy/Shutterstock
Partager
Commenter

La doctrine sociale de l’Église, un art de vivre pour respecter la Création.

Le christianisme propose un art de vivre. Pendant des siècles, l’Église a noté cet art de vivre ensemble et c’est ce qui a constitué la doctrine sociale de l’Église. Les papes ont écrit sur les différents éléments de la doctrine sociale de l’Église, dans leurs encycliques. Le pape François dans son encyclique « Laudato si » traite de l’écologie, c’est à dire du rapport des hommes avec la création, et des hommes entre eux. Dieu nous a confié le monde, nous devons donc en prendre soin car.

Un parcours à réaliser à plusieurs

Le parcours Zachée permet de mettre en application la doctrine sociale de l’Église, par des enseignements, des exercices concrets, des moments de prière et de partage avec les autres. Ce petit ouvrage est un supplément au parcours Zachée, avec comme thème principal, l’écologie. Il se divise en deux chapitres : « Prendre soin de la création » et « Être acteur de la création ». On peut faire les exercices seuls, mais il est préférable de pouvoir partager notre expérience avec d’autres personnes. Les deux enseignements sont enregistrés sur un DVD accompagné d’un livre.

Comment prendre soin de la création ?

La première partie : « Prendre soin de la création » nous rappelle ce que dit la Genèse : Dieu confie la Terre, la création, à l’homme pour qu’il la cultive. Différentes questions sont traitées : Comment avoir une relation juste à la Création, et comment la contempler ? Quelles sont les maladies, les péchés dans notre relation à la Création ? Quelle était la relation de Jésus à la Création ? Il a apaisé la tempête. Que nous dit le Catéchise de l’Église catholique sur ce sujet ?

On peut y lire un long extrait de « Laudato si » : « Nous avons été conçus dans le Coeur de Dieu, et donc chacun de nous est le fruit d’une pensée de Dieu. Chacun de nous est voulu, chacun est aimé, chacun est nécessaire ». Une série d’exercices nous est ensuite proposée, en lien avec les autres parties du parcours Zachée, pour nous permettre d’approfondir et de nous laisser toucher personnellement par le sujet. Quelle est notre relation à la nourriture ? Quelle est la façon donc nous consommons de l’énergie ? Quelle est la place de l’environnement dans notre vie ? De quelle façon contemplons-nous la Création ?

Comment être acteur de la Création ?

La deuxième partie a pour titre : « Être acteur de la Création ». Comment la Création nous est-elle confiée ? Quelle est la place de notre travail dans notre vie ? Quelle est la place du repos aussi ? Comment mettre Jésus au coeur de notre travail ? Pour approfondir notre réflexion, on peut lire un extrait du Catéchisme de l’Église catholique et de l’encyclique « Laborem exercem », écrite en 1981 par Jean-Paul II, avec pour thème : « le travail ». Comme pour la première partie, après avoir écouté l’enseignement, on peut faire quelques exercices chaque jour pour répondre nous-mêmes à ces questions : comment sommes-nous acteurs de la Création ? Est-ce que mon travail apporte de la valeur ? Comment est-ce que je travaille avec les autres ? Comment-est-ce que je me repose ? Quelles sont mes relations avec les personnes que je rencontre ?

Un parcours qui nous conduit à un chemin de conversion

Le parcours Zachée, au fur et à mesure des enseignements et des exercices proposés, nous permet de changer notre regard sur le monde et sur nous-mêmes. Ce supplément sur l’écologie et la Création, permettra au lecteur de continuer un chemin de conversion, en ayant un regard plus juste sur la nature, sur la façon dont nous en prenons soin, sur notre travail et notre relation aux autres.

Ecologie et art de vivre chrétiende Pierre-Yves Gomez, Éditions Emmanuel, 2016, 70 pages, 9,90 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]