Aleteia

Qu’entend la Vierge Marie par « Dieu punira le monde » ?

© DR
Partager
Commenter

Le prêtre italien Salvatore Perrella, expert en mariologie, explique les avertissements de Marie lors de ses apparitions.

A sa troisième apparition, le 13 juillet 1917, Notre-Dame de Fatima a dit aux trois pastoureaux: « Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion de mon Cœur Immaculé. Si l’on fait ce que Je vais vous dire, beaucoup d’âmes se sauveront et l’on aura la paix. La guerre va finir, mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le règne de Pie XI commencera une pire encore. Quand vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne qu’Il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père. Pour empêcher cela… ».

Ce passage constitue la première partie des « secrets de Fatima « . La Vierge Marie annonce que Dieu punira les hommes de leurs « crimes ». Une annonce qui revient souvent dans les apparitions mariales. C’est arrivé par exemple à la Bienheureuse italienne Anna Maria Taïgi, en 1818 : « Dieu enverra un double châtiment : l’un part de la terre, à savoir des guerres, des révolutions et d’autres maux ; l’autre part du ciel, à savoir une obscurité épaisse qui empêchera de voir quoi que ce soit ». C’est arrivé aussi à Mamma Rosa, comme on appelait en Italie la Bienheureuse Eurosia Fabris Barban : « Ceux qui viendront avec foi recevront tous un signe » (4 Mars 1966). « Il y aura tant de signes dans le ciel, jour et nuit, puis arriveront les épreuves » (30 Octobre 1966). « Quand vous verrez un grand signe dans le ciel, c’est que le grand et terrible moment d’angoisses et de pleurs est arrivé » (13 janvier 1967).

Quand Marie parle en ces termes, que faut-il comprendre ? Que le monde sera réellement puni ? Qu’il subira des catastrophes à cause des péchés de l’homme?

« Du pur paganisme »

« Pour certaines mentalités – commence par dire le père Salvatore Perrella, expert en mariologie , les apparitions ne sont vraies que lorsqu’elles donnent la possibilité d’échapper à la colère de Dieu ou du Christ. Si Marie apparaît, cela veut dire que nous allons tomber dans le gouffre de la fin du monde. En réalité, demandons-nous si cette manière de penser part vraiment de l’évangile. Penser que Dieu et Jésus Christ sont des maîtres du monde assoiffés de sang est limite diabolique. Penser que Marie apparaît parce qu’elle est plus bonne avec nous que Dieu et le Christ n’est même pas une hérésie : c’est du paganisme pur, fruit d’une ignorance personnelle et communautaire, souvent condamnable (là oui !). Ignorance sur Dieu et Jésus, sur le Christ, sur l’Eglise et Marie, sur la mère de Jésus ».

Point de vue chrétien

On peut parler des apparitions mariales en chrétien, poursuit le directeur de la faculté pontificale de théologie Marianum, « dans l’Eglise et avec l’Eglise », mais « sans être chrétien » aussi, en dehors de l’Evangile et sans évangile. Si nous sommes chrétiens et parlons des apparitions mariales, dans l’Eglise et avec l’Eglise, alors la première chose à reconnaître c’est que celles-ci sont 1) un don de la miséricorde de Dieu, 2) une confirmation de l’œuvre rédemptrice et salvifique du Christ, 3) un signe de la puissance de l’Esprit Saint.

Miséricorde, Christ et Esprit Saint

Salvatore Perrella explique: les apparitions sont « un don de la miséricorde de Dieu : si Marie vit un nouvel amour, qui va bien au-delà de la chair et du sang, c’est qu’à l’origine il y a Dieu; Marie ne vit pas contre Dieu, mais reçoit de Dieu tout ce qu’elle est et tout ce qu’elle a ».

Mais encore, ces apparitions « confirment l’œuvre rédemptrice et salvifique du Christ : si Marie ne se laisse pas tromper par le Malin et reste libre de tout péché, c’est parce que Jésus Crucifié, dès sa mort, a dit librement « non » à ce qui est mal devant Dieu miséricordieux; les yeux de Marie nous voient comme nous voient les yeux du Christ ressuscité ».

Pour finir, les apparitions sont « un signe de la puissance de l’Esprit Saint : si Marie est une personne vivante, présente dans l’histoire du monde, c’est parce que l’Esprit Saint a ressuscité et glorifié le corps crucifié de Jésus pour en faire un nouveau temple où tout le monde est appelé à prendre place et demeurer; Marie est vivante non pas parce qu’il s’agit d’une déesse, mais parce que c’est une créature dans laquelle l’Esprit Saint a déjà manifesté la puissance de la résurrection et de la vie sans fin ».

Un être « juste »

Et aujourd’hui, poursuit le théologien, « la miséricorde de Dieu, l’œuvre rédemptrice et salvifique du Christ, la puissance de l’Esprit Saint, donnent la possibilité à l’être humain de devenir «  juste », autrement dit de se libérer de l’esclavage du mal et du Malin. Se laisser, d’une façon ou d’une autre, emprisonner dans cet esclavage, fait de nous des instruments et des médiateurs de haine, de division et de mort. Qui accepte d’être « justifié », ré-généré, par Dieu, par le Christ et par l’Esprit, devient « instrument » et « médiateur » de justice, de paix, de réconciliation, de communion, de pardon, de vie. Marie – souligne Salvatore Perrella – collabore inlassablement à ce projet qui sera une réalité en chaque être humain ».

Secouer les consciences endormies

Les apparitions mariales sont donc « la forme que Dieu, le Christ, et l’Esprit, utilisent pour appeler les hommes et les femmes à « la justice » : autrement dit, à vivre en «  personnes justifiées », en hommes et femmes réunis ensemble dans l’Eglise (qui, ne l’oublions pas, est l’assemblée convoquée par la Trinité pour que la vie de la Trinité se répande au-delà de la Trinité), une communauté de personnes impliquées radicalement, corps et âme, dans la construction d’un «  saint » monde (le seul monde à la vraie mesure de tous les vivants). L’homme « justifié », l’homme dans le  « juste », réussit à voir ce que les autres ne voient pas, grâce à la Trinité qui est en lui. Il arrive à voir les conséquences de l’injustice, souvent maquillées en son contraire, la justice. Et c’est la raison pour laquelle il veut secouer les consciences droguées, engourdies, endormies, superficielles, cyniques, malfaisantes ».

Les messages de Marie

C’est ce que fait Marie en apparaissant – lors de vraies apparitions – en « éclaireuse de Dieu ». La mère de Jésus ne cherche pas à rassembler autour d‘elle les « petits malins de la religion », pas plus que les rares « élus » qui seront sauvés (aux dépens du « très grand nombre »  d’ordures). Il veut le contraire: que tout le monde sache où aller, où se diriger, et quelles sont les conséquences de leurs décisions ; que tout homme sache, conclue Salvatore Perrella, s’il est en train marcher vers Dieu et vers son prochain dans l’amour, ou s’il a pris d’autres sentiers qui, plus on s’aventure à l’intérieur, plus on s’éloigne de la » sainte rencontre », et plus on va vers l’horrible néant ».

Article traduit par Isabelle Cousturié

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]