Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 17 mai |
Saint Pascal Baylon
home iconArt & Voyages
line break icon

Dieu, le prochain héros Marvel ?

© 2015 - Marvel Studios

© 2015 - Marvel Studios

Joseph Challier - Publié le 08/11/16

Découvrez notre critique du dernier Marvel sorti au cinéma : Docteur Strange !

Davantage qu’un film inédit, Marvel lance un nouveau personnage. Avec la dose de risque que cela comporte. La responsabilité en est confiée à Benedict Cumberbatch. Avec sa voix unique, son visage atypique et son jeu excellent, il fascine littéralement le public. Nous avions déjà, entre autres, un super-Américain, un Dieu d’une autre planète, un milliardaire surdoué, nous aurons désormais un docteur converti au mysticisme.

Le pitch (oui, parce qu’il y en a un)

Stephen Strange est un brillant neurochirurgien, imbuvable et matérialiste au possible. Suite à un accident de voiture, il perd l’usage de ses mains et le sens de sa vie. Après plusieurs tentatives malheureuses, il ne lui reste qu’une seule possibilité : rejoindre une sorte de monastère où il va apprendre, notamment, auprès d’un « Ancien », toute une série de secrets mystiques et entrer dans des dimensions alternatives.

Une belle évolution du personnage

Au début du film, Docteur Strange (et n’oubliez pas le « docteur »), cultive tranquillement sa personnalité narcissique. Il est délicieusement odieux, doté d’un ego surdimensionné et nourri d’une peur atroce de l’échec. Son serment d’Hippocrate ressemble davantage à un serment d’hypocrite : il sauve des vies, certes, mais choisit scrupuleusement les cas qui lui assurent le minimum de risque et le maximum de notoriété.

Et puis vient la chute, l’humiliation. Après son accident, il n’est plus l’homme de la situation. L’image idyllique de lui-même qu’il s’était fabriquée, se brise. Il ne contrôle plus sa vie et devient dépendant, une situation inédite et insupportable. Au « monastère » où il trouve refuge, son esprit, matérialiste et orgueilleux, s’ouvre aux réalités surnaturelles. L’interpellation de « l’Ancien » est sans appel : « Oubliez ce que vous croyez savoir. Vous avez observé le monde par un trou de serrure. Vous vouliez en savoir plus. Découvrir davantage. À présent que vous pouvez le faire comme jamais vous ne l’auriez imaginé… vous reculez. »

Lentement, Strange s’ouvre, accepte de s’ouvrir à des réalités jusqu’à alors méprisées. Son initiation achève de le transformer. Il découvre ses capacités inexploitées et oriente ses dons vers une cause altruiste, au service du bien de sa communauté. Il accepte l’échec. Il devient peu à peu ce héros qui honore enfin son serment d’Hippocrate, donnant sa vie pour en sauver d’autres. Pour vivre cette transformation, il a du faire taire son égo.

Dieu, prochain héros Marvel ?

Si l’univers Marvel navigue dans une certaine spiritualité qui met en présences de nombreux dieux, de puissances surnaturelles ou « l’œil », c’est la première fois que le studio s’attaque frontalement à une mystique teintée de christianisme.

Autant dire qu’il fait appel à tous ses éléments constitutifs : miracles, spiritualité, initiation, quête du bien, combat contre le mal… mais oublie quand même de parler de Dieu. Alors, le Seigneur, futur et dernier personnage de Marvel, qui réunirait en Lui tous les super-héros dans un film en 2032 ? Est-il encore nécessaire de vanter ses mérites à la prolixe maison d’édition ?

Marvel, qui pompe déjà certains passages de l’Évangile, frisant le plagiat (sans vouloir trahir l’intrigue, disons qu’une scène évoque saint Thomas), pourrait laisser tomber les livres sacrés renfermant secrets, sortilèges et mises en garde. La Bible est accessible à tous ! Sa clef de lecture est l’amitié avec Dieu. Rien de plus simple à adapter avouons-le. Pour avoir la vie éternelle, passer un pacte avec Dieu. Que le studio occulte donc le sempiternel bon Œil d’un grand architecte inconnu et se fie au Bon Dieu bienveillant, gardant toujours les deux yeux ouverts sur chacun d’entre nous. Avec un peu d’imagination il tiendra le synopsis parfait. Doctor Strange sacrifie ses mains pour sauver l’humanité toute entière. Le côté christique du personnage principal indique que la franchise américaine est sur une très bonne voie !

Tags:
CinémaDieuFoimal
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
5
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement