Aleteia

Musique. Regard sur le martyre de José Sanchez del Rio, récemment canonisé

Partager
Commenter

Le story-board exclusif qui montre les derniers moments de la vie du jeune Cristero.

« Ma chère mère, Aujourd’hui on m’a fait prisonnier au combat. Je pense au moment où je vais mourir, mais cela n’a pas d’importance, maman. Il faut que tu t’abandonnes à la volonté de Dieu. Je meurs heureux parce que je meurs aux côtés de notre Seigneur. Ne t’inquiètes pas pour ma mort, c’est mon sacrifice. »

Voici quelques-unes des dernières paroles de Saint José Sanchez del Rio, écrites dans une lettre adressée à sa mère, peu de temps avant de mourir. Une autre lettre, adressée à sa tante, se terminait ainsi : « Le Christ est vivant, le Christ règne ! Vive le Christ Roi et la Sainte Vierge de Guadalupe ! »

Différentes opportunités avaient été données au garçon pour fuir son sort. Il devait tout simplement abandonner la cause des Cristeros. Mais le jeune de 14 ans, soutenu par sa foi forte et son amour pour Jésus et Marie, n’a pas vacillé. Les tortures infligées par les soldats ne l’ont pas empêché d’atteindre son glorieux martyre. Il a été frappé et insulté. On lui a même écorché la plante des pieds, en le forçant à marcher longtemps pour rejoindre sa tombe. Malgré cela, il n’a pas cessé de crier « Viva Cristo Rey ! »

Le capitaine lui a tiré une balle dans la tête, et le jeune José est entré dans la vie éternelle. Beaucoup d’entre vous ont découvert l’histoire du jeune martyre grâce au film Cristeros (2012). Nous vous donnons l’occasion unique de jeter un œil “derrière les coulisses », avec le story-board de la séquence finale du film : le martyre du jeune José Sánchez del Río.

Le story-board, créé par Manuel de Teffé, est accompagné de la musique du professeur Gabriele Croci.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]