Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconExposition
line break icon

Une exposition inédite autour du terrifiant retable d’Issenheim

Grünewald, Retable d’Issenheim, 1512 – 1516, Technique mixte (tempera et huile) sur panneaux de tilleul, Musée Unterlinden, Colmar © Musée Unterlinden

Grünewald, Retable d’Issenheim, 1512 – 1516, Technique mixte (tempera et huile) sur panneaux de tilleul, Musée Unterlinden, Colmar © Musée Unterlinden

Marie Fournier - Publié le 03/11/16

Découvrez le lien étroit entre Otto Dix et le chef-d'oeuvre de Grünewald.

À Colmar, le musée Unterlinden récemment rénové célèbre deux anniversaires : les 125 ans de la naissance d’Otto Dix (1891-1969) et les 500 ans du retable d’Issenheim. Près d’un demi millénaire les sépare et pourtant une exposition d’envergure les réunit avec l’objectif de montrer les multiples influences du retable sur l’œuvre du célèbre peintre allemand. Une exposition à découvrir au musée Unterlinden jusqu’au 30 janvier 2017.

Une confrontation pertinente

À travers une centaine d’œuvres dont de nombreux prêts de musées internationaux, le musée présente une exposition à la fois chronologique et thématique divisée en cinq sections. Le visiteur y découvre le lien étroit qui unit Otto Dix au retable d’Issenheim, peint par Grünewald entre 1512 et 1516. En effet, aucun artiste du XXe siècle ne fut autant séduit par ce chef-d’œuvre. Le peintre allemand qui fut incarcéré à Colmar, de 1945 à 1946, mêle tout au long de sa carrière, références, citations et réinterprétations du tableau de Grünewald.

Conservatrice et commissaire de l’exposition, Frédérique Goerig-Hergott, explique la démarche du musée : « Réputé pour sa collection de Primitifs rhénans et son chef-d’œuvre, le retable d’Issenheim, le musée Unterlinden a choisi de s’ouvrir à l’art moderne et contemporain au début des années 1960. Après l’inauguration du musée agrandi en janvier 2016, la première exposition d’art moderne se devait de présenter un artiste incontournable de l’histoire de l’art du XXe siècle : le peintre Otto Dix qui, tout au long de sa carrière, s’est référé au retable d’Issenheim. »

Otto Dix, artiste engagé, « artiste dégénéré »

Au début du XXe siècle, le retable d’Issenheim, considéré comme « l’apogée de l’art allemand », séduit les jeunes artistes dont le peintre allemand Otto Dix. Artiste engagé, ce « nouveau Grünewald » cherche à exprimer l’horreur de la guerre à travers un art réaliste et très critique. Il trouve dans le retable une inspiration nouvelle, tant symbolique que technique, pour créer son fameux Triptyque de la guerre en 1929-1932. Dans les années 1930, Otto Dix dénonce l’idéologie nazie sans fuir l’Allemagne pour autant. « Artiste dégénéré » et peintre de la « Nouvelle Objectivité« , il s’exile tout de même dans le sud du pays où il s’adonne à une peinture de paysage chargée de symbolisme. S’il n’est pas profondément croyant, il est très intéressé par la Bible dans laquelle il puise de nombreux sujets. Il utilise l’iconographie religieuse, notamment dans les œuvres représentant Saint Christophe ou L’Agression de saint Antoine pour dénoncer l’horreur de son époque.

Le retable, une œuvre « inexplicablement mystérieuse »

Otto Dix est incarcéré à Colmar pendant deux ans, de 1945 à 1946, dans un camp de prisonnier des Alliés. Déjà célèbre, le peintre allemand y est reconnu et bénéficie d’un traitement de faveur qui lui permet de sortir de son camp de prisonnier pour peindre dans l’atelier de Robert Gall. Il a ainsi l’occasion de venir contempler le retable qu’il décrit ainsi : « J’ai vu deux fois le retable d’Issenheim, une œuvre impressionnante, d’une témérité et d’une liberté inouïes, au-delà de toute composition, de toute construction, et inexplicablement mystérieuse dans ses différents éléments. » (Lettre d’Otto Dix à Martha, Colmar, le 15 septembre 1945.)

Après la guerre et de retour en Allemagne, il conserve toujours le souvenir de ce chef-d’œuvre. Inspiré tant par la symbolique de Grünewald que par l’horreur de la guerre et de l’obscurantisme, il peint un Christ martyrisé directement inspiré du retable d’Issenheim. À la fin de sa vie, Otto Dix continue à faire référence ponctuellement au retable dans ses œuvres. Alors que l’art abstrait est en plein essor, il refuse de s’y intéresser, devenant aux yeux de ses contemporains un « peintre du passé ».

Informations :

Otto Dix – Le Retable d’Issenheim, du 8 octobre 2016 au 30 janvier 2017 au musée Unterlinden, Colmar.

Tags:
Artsexposition
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement