Aleteia

Pour tous les amoureux de Tintin !

© Libre de droit
Partager
Commenter

Le "Dictionnaire Amoureux" de Tintin désormais disponible.

La collection Dictionnaire Amoureux approche de la centaine de titres. Voici enfin celui de Tintin, au bon moment, puisque le petit reporter et son père Hergé règnent sur l’actualité. On a beaucoup écrit sur l’un et l’autre. L’auteur de ce D.A., haut dignitaire hergéologue a publi,é de 1987 à 2012, pas moins de huit ouvrages. La bibliographie de ceux qu’il a consultés pour son Dictionnaire dépasse la cinquantaine de titres. Difficile donc de trouver du nouveau. Mais trouver du nouveau n’est pas le propre d’un dictionnaire : c’est de récapituler tout ce qui existe sur un sujet et d’en redistribuer la matière par entrées alphabétiques.

Le monde d’Hergé est inépuisable

Albert Algoud est celui qu’il fallait pour cette tâche : il connaît tout. Une énumération détaillée serait trop longue. Allons à l’essentiel. Hergé d’abord : famille, éducateurs, relations ; sa vie, sa géniale carrière de créateur, son style (la ligne claire), sa présence discrète dans les albums en guise de signature. Ses personnages, de A à Z, d’Abdallah (futur terroriste) à Zorrino « en symétrie inverse » et, mêlés à eux, les confrères en tintinologie à qui l’auteur tenait à rendre hommage. Pêle-mêle les pays et les lieux, réels ou fictifs ; les détails vestimentaires, les particularités physiques (barbes, moustaches) ; le langage, dont les injures du Capitaine (l’auteur en a déjà tiré un livre, Intégrale des jurons, 1991), la plus mystérieuse, tchouk-tchouk nougat, étant ici en bonne voie d’élucidation. Quoi encore ? Des thèmes : alcools, femmes, la musique, de l’opéra au flamenco… Énumération sans fin : le monde d’Hergé est inépuisable.

Hergé, antisémite ? Raciste ?

Mais le vif agrément du livre, c’est la présence de l’auteur et sa personnalité de tintinologue, celle d’un littéraire, qui fut professeur (de lettres et de Tintin), ne l’oublie pas, cite volontiers et bien, et compose même de savoureux poèmes : voyez la Complainte de Rastapopoulos. Littéraire, il est exaspéré par les psychanalystes qui sévissent sur Tintin (et Hergé) et dont il ridiculise les délires qui ne révèlent que leurs propres fantasmes. Il traite inévitablement les sujets rebattus de l’antisémitisme et du racisme d’Hergé, avec mesure et bon sens, laissant entendre que le politiquement correct fait bon ménage avec la bêtise. Exemple : dans Coke en stock, le capitaine agresse une femme en niqab noir : « Espèce de fatma de Prisunic ». Merveilleux ? Non, scandaleux. Hergé se plie à corriger : « Espèce de bayadère de carnaval ».

Un livre addictif

Mieux encore. « Dans Tintin, chaque page, chaque case est une porte qui peut s’entr’ouvrir sur un imaginaire d’une telle richesse qu’aucune glose, si pertinente soit-elle, ne saurait épuiser. À chaque lecteur de franchir, comme il le désire, le seuil de l’aventure. » Son aventure à lui, l’auteur la raconte à bâtons rompus dans des souvenirs de famille, de métier, de tintinologue (lisez Blind test), le plus souvent très drôles, parfois émouvants. Il va même beaucoup plus loin lorsqu’il esquisse la biographie complète de personnages comme Nestor ou Séraphin Lampion.

Le livre est trop gros ? Vous hésitez ? Faites un test. Ouvrez-le. Prenez un article, au hasard. Par exemple Filoselle, Aristide. Lisez-le attentivement. Mais attention ! Jusqu’à la dernière ligne. Vous achèterez le livre.

© Plon
© Plon

Albert ALGOUD, Dictionnaire amoureux de Tintin, par Albert Algoud, Plon, 800 p., 25 euros.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]