Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 09 décembre |
Sainte Léocadie
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

La belle aventure d’un missionnaire au Bangladesh

ISIS and Islamic Fundamentalism On The Rise In Bangladesh

© Allison Joyce/Getty

DHAKA, BANGLADESH - MARCH 20: People leave service at a Christian church on March 20, 2016 in Dhaka, Bangladesh. Amid the attacks in Brussels on Tuesday, ISIS also claimed responsibility for stabbing Hossain Ali, a Christian convert, to death in northern Bangladesh on the same day, the latest killing declared by the militant group in the Muslim-majority nation. The country has seen a surge in Islamist violence where liberal activists, minority Muslim sects, foreigners and other religious groups have been targeted. The terrorist networks are popping up all over the world and in recent months, Bangladesh has seen a series of attacks on bloggers, foreigners, and religious groups including Shiite, Ahmadi Muslims, Christians and Hindus. Since 2013, six bloggers have been murdered with others also attacked, and since September 2015 ISIS has claimed responsibility for twelve attacks throughout the Muslim majority country. (Photo by Allison Joyce/Getty Images)

Sylvain Dorient - publié le 03/11/16

Le père Michele Brambilla participe à la construction d'une toute jeune paroisse.

Envoyé auprès des tribus de la région de Dinajpur, au nord-ouest du pays, le père Michele Brambilla, supérieur de l’Institut pontifical pour les missions étrangères, ne compte plus les conversions de nouveaux chrétiens en nombre mais par village entier. « Ma plus grande joie, se souvient-il, a été de former les catéchumènes qui pourraient porter le message de Dieu. Grâce à ce travail, dix villages ont demandé à devenir chrétiens ».

Des paroisses bâties de fond en comble

Un travail de fond… Lors de son arrivée auprès des ethnies Santal et Orao le prêtre constate qu’il faut construire les communautés depuis la base. Mais les tribus l’accueillent avec bienveillance. « En tant que missionnaire c’est la plus grande des joies : voir les communautés prendre un chemin et aller au bout. Vous pouvez tout construire – école, cliniques – si vous avez de l’argent ; et c’est une bonne chose. Mais c’est encore mieux de voir l’avancée d’un peuple, souvent un pas en avant, deux en arrière, mais qui en fin de compte est un chemin de vie chrétienne ». En novembre 2013, il voyait son rêve se concrétiser sous la forme d’une vraie paroisse autonome, qui inclut 42 villages Santal, dont 6 à majorité chrétienne. Il estime qu’ils comptent 300 catéchumènes, dont il ne sait pas encore quand ils seront prêts pour le baptême.

Éducation et soins pour tous

Les activités de la mission sur place, principalement l’éducation et les soins, sont ouverts aux membres de toutes les religions. Alors que les chrétiens au Bangladesh, et en particulier les chrétiens convertis, subissent des persécutions, le père Michele Brambilla insiste sur la bonne entente qu’il constate dans sa paroisse, entre les communautés. Il raconte par exemple l’étonnante dévotion que les musulmans vouent à la Vierge Marie, dans l’hôpital Saint-Vincent de Dinajpur, qu’il dirige. La majorité des patients sont musulmans, et le prêtre assure que ce sont eux qui font brûler les dix à quinze cierges qui ornent en permanence la statue de la Vierge de la chapelle de l’hôpital. Les Bengali les allument à chaque naissance d’un enfant… Or en moyenne un seul enfant chrétien naît par jour, donc la majorité des cierges sont allumés par des musulmans, hindouistes ou autres, calcule le prêtre.

Tenté par le mariage

Les missions lointaines sont presque une affaire de famille, avec un oncle prêtre à l’Institut pontifical pour les missions étrangères et un frère travaillant en Chine avant d’être expulsé. Pourtant il admet s’être interrogé sur la vocation du mariage « car j’avais sous les yeux l’exemple de l’amour que se portaient mes parents ». Mais le petit garçon qui lisait « Mission Italie », le magazine de l’Institut, a finalement eu « l’intuition » qu’il lui fallait prendre une autre voie.

Tags:
bangladeshÉcolemissionMissionnairePrêtre
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement