Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Une pierre viking vieille d’un millénaire gisait sous une église

©Upplandsmuseet
©Upplandsmuseet
Partager

Cette pierre, retrouvée en Suède, porte des inscriptions runiques exceptionnelles.

Tonnerre de Thor ! Alors que des ouvriers creusaient pour enterrer le fil d’un paratonnerre, ils sont tombés sur une pierre d’un mètre huit de long et ont eu la bonne idée de ne pas l’attaquer au marteau piqueur : elle est gravée de runes inestimables qui remonteraient au milieu de l’an mille. Ce qui reste des signes gravés ne donne que des informations très succinctes – ce bout de phrase : « Jarl et … pierre pour Gerfast, son père »-  sans trace de signature apparente.

Une œuvre de Fot, le graveur de runes

Pas démontée par cette lacune, Emelie Sunding, du musée archéologique de l’Uppland, s’est attelée à l’étude de cette pièce rare : « On ne trouve pratiquement plus de nouvelles pierres runiques, de nos jours », explique-t-elle. Elle pense en avoir identifié l’auteur, un certain Fot, maître graveur de runes, dont les œuvres sont reconnaissables. Il aimait en particulier figurer des animaux entrelacés dans des motifs serrés. Ils présentaient les animaux de profil, avec des yeux fins, en amandes et avec des appendices sur le nez et le cou.

Le seuil de porte d’une église

Ce n’est pas la première fois que cette pierre refait surface. Il en existe des descriptions datant du XVIIe siècle, mais la trace était perdue. Elle a manifestement été utilisée comme le seuil de porte d’une église médiévale, quand la religion des Asar – l’ancienne religion des scandinaves – laissa la place au christianisme.

La croix et le marteau de Thor

À l’époque cette pierre a été gravée, le christianisme gagnait du terrain en Suède. Les premiers missionnaires étaient venus dans le pays dès le IXe siècle, et le premier roi chrétien, Olof Skötkonung, avait été baptisé en 1008. Mais ses successeurs n’ont pas tous suivi son exemple, et le dernier roi païen de Suède régna de 1084 à 1087, sous le nom de « Sven le sacrificateur », en raison de son appartenance à la religion des Asar, qui demandait des sacrifices, y compris des sacrifices humains.

Ayant arraché le trône à son beau-frère, Inge Ier l’Ancien, il finit sous les coups de ce dernier, au cours d’un attentat sanglant, dans la plus pure tradition des sagas nordiques ! Les pierres gravées de runes ont toutefois continué à jouir d’une grande estime parmi les Suédois. Ils les utilisaient, comme par le passé, pour honorer la mémoire d’un parent, se contentant d’ajouter un motif cruciforme aux runes.