Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

De sublimes concerts au coeur d’un lieu magique : le Collège des Bernardins

Partager

Rendez-vous à la 5e édition du Festival au rythme des heures monastiques.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Depuis leurs origines, les monastères suivent le rythme des Heures, rituels spirituels et musicaux, qui ponctuent la vie quotidienne, des matines du lever du jour aux complies du crépuscule. Traditionnellement, la journée comporte sept heures canoniales et la nuit une seule :

  • Matines ou vigiles : milieu de la nuit (minuit)
  • Laudes : à l’aurore
  • Prime : première heure du jour
  • Tierce : troisième heure du jour
  • Sexte : sixième heure du jour
  • None : neuvième heure du jour
  • Vêpres : le soir
  • Complies : avant le coucher

La 5e édition du Festival des Heures

« Tandis que les bouleversements dramatiques de notre monde continuent d’éloigner les plus démunis aux périphéries de nos sociétés et ravivent les questions de la compassion et du pardon, nous voici, plus que jamais, appelés à placer ces défis au cœur de nos réflexions les plus urgentes. Cette 5e édition du Festival des Heures, conçue à l’occasion de la clôture du Jubilé de la miséricorde, rassemblera de nombreux musiciens engagés dans cette réflexion fondamentale », écrit Véronique de Boisséson, directrice artistique.

Le Festival des Heures débutera le jeudi 17 novembre au soir par un concert d’ouverture à la Cathédrale Notre-Dame de Paris et se poursuivra le samedi 19 novembre au Collège des Bernardins, enchaînant, tout au long de la journée, cinq concerts au rythme des prières monastiques.

[vimeo 185661493 w=640 h=360]

Festival des Heures 5e édition Jubilate ! from Collège des Bernardins on Vimeo.

Le Collège des Bernardins, un lieu magique

Ouvert à tous, ce joyau de l’architecture cistercienne invite à la rencontre et au dialogue. 150 000 visiteurs par an viennent apprendre, se fortifier et réfléchir aux questions contemporaines à la lumière de la sagesse chrétienne. C’est un moine anglais, Étienne de Lexington, abbé de Clairvaux, qui initie le projet du Collège Saint-Bernard, bientôt désigné comme Collège des Bernardins et qui va servir de lieu d’étude et de formation aux moines cisterciens. Pendant plus de quatre siècles, ce lieu de savoir accueillit des jeunes moines et des professeurs venus de toute l’Europe, et contribua au rayonnement intellectuel de la ville et de l’Université de Paris, jusqu’à la Révolution.

En 2008, après une rénovation complète qui dura six ans menée par Hervé Baptiste, architecte en chef des monuments historiques pour la partie ancienne et Jean-Michel Wilmote pour les espaces contemporains, le Collège des Bernardins renoue avec sa vocation initiale en devenant un lieu de recherche et de débat pour l’Église et la société, sur la question de l’homme et de son avenir. Pour la première fois de son histoire, il est ouvert à tous. Quelques jours après son ouverture, le 12 septembre 2008, le Collège des Bernardins a accueilli le Pape Benoît XVI qui y a prononcé le premier d’une série de discours sur les rapports entre foi et culture contemporaine.

La musique, une manifestation de notre humanité

Parmi tous les arts, la musique occupe une place privilégiée dans l’imploration du pardon et la manifestation de notre humanité. La musique porte par son discours même cette force d’apaisement et de régénérescence, tant auprès de ceux qui l’écoutent que dans le for intérieur des musiciens eux-mêmes. Il s’agira ainsi, tout au long de ce grand événement, de nous laisser emmener par ces musiques qui nous parlent de notre détresse humaine, mais plus encore, confirment tout homme, dans sa vocation à la joie.

Une programmation exceptionnelle 


17 novembre – 20h30 : Concert d’ouverture du Festival des Heures – Ensemble vocal de Notre-Dame | Direction, Sylvain Dieudonné


Donné à la cathédrale de Notre-Dame de Paris, ce premier concert est consacré à la figure de saint Martin de Tours dit « le miséricordieux », dont on commémore cette année les 1700 ans. Évangélisateur de la Gaule et évêque de Tours au IVe siècle, il est célèbre pour avoir, partagé son manteau avec un déshérité transi de froid et après avoir distribué toutes sa solde aux nécessiteux… Les répertoires parisiens dialogueront, dans un échange enrichissant, avec les autres répertoires européens pour rendre un vibrant hommage à cet apôtre de la miséricorde. Détail de la programmation ici.


19 novembre – 9h45 : Concert des Matines – La Tempête | Direction, Simon-Pierre Bestion. 


Considérée comme l’un des plus grands chefs d’œuvre de la musique sacrée russe, la Grande Louange du soir et du matin de Rachmaninov, vous tournera pleinement vers la lumière du jour, entremêlant voix chaleureuses et mouvements scéniques, appels à la miséricorde et exhortations à la joie. La Tempête offre à chacun de ses concerts une véritable « expérience » pour le public. La compagnie collabore avec des metteurs en scène, des chorégraphes, des comédiens ou des danseurs. Détail de la programmation ici.


19 novembre – 12h00 : Concert des Laudes – Dominique de Williencourt, violoncelle et Tanguy de Williencourt, piano


Remontant le temps à partir d’une très tendre page inédite de Debussy, Dominique de Williencourt et son neveu Tanguy, duo complice vous mèneront, en musique, des rivages mystérieux du pardon aux contrées lumineuses de la sérénité. Détail de la programmation ici.


19 novembre – 15h00 : Concert de None – The King’s Singers – La Chapelle Rhénane | Direction musicale, Benoît Haller   


Acclamés à travers le monde pour leur virtuosité, leur énergie et l’excellence de leur talent, The King’s Singers offriront un florilège d’œuvres très variées célébrant tour à tour espérance, allégresse et jubilation. Détail de la programmation ici.


19 novembre – 17h30 : Concert des vêpres 


Marc-Antoine Charpentier est certainement le compositeur français le plus intéressant de la période baroque ; il tire l’essentiel de son inspiration de la nouvelle musique née en Italie au début du XVIIe siècle. À côté de ses innombrables et célèbres Lamentations et autres motets sacrés, on compte parmi ses compositions quelques Histoires Bibliques, sur le modèle du compositeur romain Giacomo Carissimi. La parabole du Fils Prodigue est une magnifique illustration de la miséricorde mise en pratique par le genre humain qui conduit à la paix et à la joie. Autour de cette œuvre majeure et méconnue, on entendra divers psaumes et motets sublimant la puissance de la louange et du pardon. Détail de la programmation, ici.


19 novembre – 20h30 : Concert des complies – Pulcinella orchestra | Direction musicale et violoncelle, Ophélie Gaillard /  Maîtrise de Radio-France | Direction musicale, Sofi Jeannin


C’est à Venise autour de 1730 que Hasse compose son remarquable Miserere et Vivaldi, son célèbre Magnificat, pour les orphelines de l’Ospedale della Pietà, formées au plus haut niveau musical. Le Miserere, bâti à partir du célèbre Psaume 50, lance un appel vibrant et humble au Seigneur pour purifier l’homme de ses péchés et lui permette d’accéder à son tour à cette disposition de l’âme miséricordieuse. Pour clôturer en beauté ce festival, le Magnificat, reviendra aux sources de l’incarnation divine. Détail de la programmation ici.

Informations : 

Retrouvez l’ensemble de la programmation et des tarifs sur le site officiel du Collège des Bernardins.