Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Êtes-vous plus parents qu’amants ?

© Goodluz / Shutterstock
© Goodluz / Shutterstock
Partager

Comment trouver du temps à deux avec des enfants qui vous accaparent.

Ils ont survécu au mois de septembre, ouf ! Sur leur frigo trône un tableau excel, format A3. Chacun possède une colonne et des activités pour tous. On voit que Paul et Laura sont devenus des professionnels de l’organisation familiale. Conduite pour aller au cours poney le mardi, c’est papa. Les trajets de piscine du mercredi sont faits par maman, le jeudi soir elle est à sa gym, papa prend donc Paul pour aller au basket. Du coup, le vendredi soir papa est au tennis, maman va à sa soirée « filles » avec ses copines et le samedi elle travaille à la pharmacie. Ca vous paraît très compliqué, pas pour eux : la machine est bien huilée, chacun a ses activités.

Trouver des moments à deux

Dans cette organisation parfaite les vies de Paul et Laura sont comme des voies de chemin de fer, parallèles. « Les parallèles ne se rencontrent jamais », leur a récité leur fils de CM1. Des vies qui risquent de faire mentir les définitions de géométrie et de finir par s’écarter, à force de ne jamais se croiser.

Entre le travail, les tâches ménagères et les enfants aux multiples activités, quelle place reste-il à une dynamique conjugale, à de la complicité, à de bons moments ensemble ? Quand trouver le moment de rire, de faire des projets mais aussi de pleurer à deux, d’oser se dire un souci, se parler d’une déception, réajuster un cap conjugal ? Une mère doit rester une épouse. Elle a besoin de se sentir la première dans les yeux de son mari. Comme toutes les femmes elle est un être de relation, et s’étiole sans pauses à deux.

Lui, père attentif,  n’y a pas vu de mal non plus, mais commence à souffrir de la froideur de sa femme. À force de se sentir repoussé il n’ose plus lui proposer de moments d’intimité.

Ne pas hésiter à faire passer ses enfant après 

Comment préserver la qualité de votre relation, avec des enfants qui vous sollicitent tant ?

Le plus beau cadeau à faire à vos trésors, qu’ils soient encore en couches ou grands ados chronophages, c’est d’oser leur dire fermement qu’ils passent après vos moments à deux ! Dans certaines familles c’est l’heure du café du dimanche qui est sacrée, avec un périmètre de sécurité interdit aux enfants et aux téléphones portables ! Dans d’autres c’est le diner à deux du vendredi soir avec juste un apéro amélioré : zéro stress de cuisine, que du bonheur.

Pas d’égoïsme là dedans, si vous savez doser. Prendre soin de votre de couple, c’est de la prévention. C’est un moyen de ne pas devenir uniquement parents mais de rester un mari et une femme, et d’anticiper le syndrome du « nid vide ». L’opportunité aussi de libérer vos enfants de trop de pressions, comme dans certaines familles où tout tourne autour d’eux et de leurs performances.

Combattre l’appréhension de se retrouver à deux

Quand à vos loupiots ils s’en remettront d’être confiés à des amis parce que vous partez 24 heures en amoureux. S’ils râlent ou tentent de  vous culpabiliser, tenez bon. Quelle chance ont-ils d’acquérir cette sécurité affective qui vient de la solidité de votre couple. Ils sentent tôt que c’est parce que leurs parents s’aiment fort qu’ils les confient pour partir à deux. Vous ne savez pas à qui les confier ? Pensez à vos témoins de mariage !

C’est peut-être vous qui appréhendez de vous retrouver seuls après si longtemps. « De quoi allons-nous parler ? J’ai peur qu’on se dispute ? Ça va coûter cher … » Toutes ces inquiétudes montrent que vous avez besoin de partir, vite. Un couple qui va très bien ne se pose pas toutes ces questions, il attend avec impatience son week-end à deux annuel, voire plus si possible.

Madame, votre inquiétude à laisser votre bébé pour la première fois est légitime. Monsieur, vous ne voyez peut-être pas l’intérêt de partir à deux tous les ans au moins 48h. Ce n’est pas une lubie féminine, c’est indispensable.

Encouragez-vous mutuellement à garder un triple rythme à deux : quelques minutes ensemble chaque jour, une soirée par semaine et au moins un week-en par an. Pour que votre communauté conjugale ne soit pas la simple juxtaposition de deux personnes mais l’émergence d’une réalité nouvelle et originale, le nous. Une posologie simple, le secret de la longévité de votre couple.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]