Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 07 mars |
Saintes Perpétue et Félicité
home iconSpiritualité
line break icon

Comment puis-je arrêter de me plaindre ?

©El Nariz/Shutterstock

©El Nariz/Shutterstock

Meg Hunter-Kilmer - Publié le 19/10/16

Confessions d’une irascible : "Je me complais dans la négativité, Seigneur, aide-moi."

« L’homme qui a de la sagesse est lent à la colère. Et il met sa gloire à oublier les offenses ». (Proverbes 19, 11)

« Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde ». (Philippiens 2, 14-15)

Saint Jérôme et moi sommes de bons amis non seulement parce que la Bible est notre passion, mais aussi nous avons tous les deux très mauvais caractère !

Lutter contre les impulsions néfastes

Je puise un grand réconfort à étudier les saints qui ont lutté contre le même péché que moi : saint Nicolas qui balança un coup de poing à un hérétique, sainte Thérèse d’Avila qui hurla contre Dieu, ou saint Colomba qui fut pris d’une telle colère qu’il déclara une guerre sainte où 3000 personnes furent tuées.

Du coup, je me sens moins seule quand je suis tentée de déchaîner ma fureur contre tel ou tel malotru. Mais ce qui me rapproche de ces saints, ce n’est pas de savoir qu’ils ont pu céder à la tentation de la colère, parfois très gravement. C’est au contraire parce qu’ils démontrent qu’il est possible de lutter contre ses impulsions néfastes et que la miséricorde de Dieu est plus forte que nos péchés, même si ces péchés ont coûté des milliers de vies.

Tenter de maîtriser sa colère 

Comme Jérôme et nombre de saints irascibles, je ne suis pas lente à la colère, je n’ai pas la sagesse que préconise le Proverbe et, en outre, je suis trop orgueilleuse pour oublier n’importe quelle offense. Mais j’aime plaire, et généralement j’arrive à maîtriser ma fureur. Souvent, les gens qui me connaissent mal sont étonnés quand je leur parle de mon mauvais caractère.

Mes amis, eux, savent ce qu’il en est. Ce n’est pas que je m’en prends à eux ou que je tape du poing sur les murs, mais ils connaissent mes « murmures et mes hésitations ». Ils m’ont entendu ronchonner mille fois sur des petits riens. Ils savent que je n’ai pas encore digéré une remarque désobligeante qui m’a été adressée il y a dix ans. Ils sont témoins de mes sarcasmes et de mes critiques à tout propos. Mais je garde un ton badin, et veille à ne jamais m’en prendre à quelqu’un nommément. Il n’y a surement rien de mal à plaisanter, n’est-ce pas ?

Les saints ont fait pire, donc je sais que mon cas n’est pas désespéré. Mais tenir un registre des offenses est au fond tout aussi pervers que les comportements qui m’ont offensés. Plus encore, peut-être, parce que moi je sais que je devrais être « irréprochable et pure ». Au contraire, je me complais dans la négativité. Je vois les autres comme des cibles pour mes sarcasmes et suis tellement obsédé par ma propre dignité que je laisse ce sentiment me consumer.

S’adresser à Dieu

La colère est un sentiment ; ce qui en fait un péché, c’est le fait de lui céder et de la laisser nous gouverner, que ce soit pour mener une guerre sainte, pour exprimer des critiques malveillantes ou pour refuser le pardon. Dans ma vie, la manifestation la plus évidente, ce sont ces « murmures » et ces « hésitations » que Paul condamne. Quel que soit le bien-fondé de mon indignation, c’est à Dieu que je dois m’adresser, pas aux abonnés de Twitter. Si je Lui offre mes bougonnements au lieu de m’y complaire, je maîtrise ma colère et ne la laisse pas me maîtriser.

Il ne suffit pas d’éviter les péchés mortels. Je dois m’éloigner de toutes les formes de péché, même les plus vénielles, si je veux m’arracher à leur empire. Je vais donc continuer de demander à notre Seigneur de me rendre irréprochable et innocent, et à me précipiter vers le confessionnal lorsque ce ne sera pas le cas. Parce que je n’ai pas été appelé à être parfait mais pour témoigner de l’amour de Dieu, comme tout chrétien ; ce qui signifie refuser de laisser le pécher régir ma vie. Aujourd’hui, je choisi la paix, la miséricorde et la patience. Je choisis le Christ.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
2
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – « L’Irak restera toujours avec moi dans m...
3
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape récidive avec une vidéo chez les sœurs de Boulaur
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
6
Ziggurat of Ur
Caroline Becker
Irak : la visite du Pape, véritable pèlerinage en Terre sainte
7
Guillaume et Dorota Andrieu
Marzena Devoud
« Notre challenge ? Faire découvrir aux fiancés que l’on do...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement