Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

10 000 vies sauvées : une histoire qui ne peut pas vous laisser insensible

© Les Pépites Le Film / Little gems The Film/ Facebook
Partager

"Les pépites", le dernier documentaire de Xavier de Lauzanne, montre l'exemple d'un couple de héros modernes.

Les pépites raconte le pari fou d’un couple français : sauver des enfants de la décharge à ciel ouvert de Phnom Penh, au Cambodge. Au départ, une envie de partir à cause d’une idée lancée en l’air, à savoir continuer plus loin (vers l’Inde) leur tournée de chant en famille avec un camping-car. Mais Marie-France ne se contente pas de rêver, elle agit. C’est en partie grâce à elle que son mari Christian a appris à réaliser ses rêves sans perdre de temps. Plus tard, celui qui se dit nomade depuis que le château de famille a brûlé, en accomplit un autre : aller au Cambodge. C’est le début d’une nouvelle aventure à deux.

« Traite les autres comme tu voudrais être traité »

Nous sommes en octobre 1995, Marie-France a rejoint son mari pour l’aider dans sa mission humanitaire. En parcourant la capitale cambodgienne, Christian tombe un jour sur « une bouillie pleine de vers qui sentait l’horreur, c’était vraiment indescriptible, l’odeur prenait à la gorge, c’était terrible à voir ». Le film aussi prend à la gorge, tant certains témoignages sont bouleversants. Vivre du matin au soir à la décharge pour trouver de quoi manger ou acheter à manger en vendant les déchets, où parfois les événements sont à la limite du supportable, des milliers d’enfants l’ont vécu, le vivent encore dans d’autres endroits du monde. Les Pallières décident d’agir et quelques mois plus tard les enfants peuvent manger dignement.


Lire aussi « Papy et mamy nous ont sortis de la décharge… »


Le regard du réalisateur est très juste et ne tombe jamais dans le misérabilisme, ni dans la sensiblerie. Pourtant l’émotion est là, les drames et les joies, mais il réussit à tenir cette histoire avec beaucoup de pudeur et de vérité. Les images nous plongent dans un pays plein de richesses, celles d’enfants débordants de l’envie d’être heureux et de nombreux sourires ponctuent le rythme du film. Cela nous permet de les connaître, d’enfin les regarder, dans leur fragilité et leur douleur. Finalement, Xavier de Lauzanne se sert du fil rouge de « l’éthique de réciprocité » établi dans l’association et l’incarne : « Traite les autres comme tu voudrais être traité ».

Un exemple d’héroïsme

Le couple apprend aussi une chose essentielle aux enfants, inconnue d’eux pour la plupart : qu’ils sont aimés. « Tu es de l’or pour moi » déclare Christian à sa fille adoptive, abandonnée par ses parents après avoir été exploitée. « Nous t’avons cherchée toute la nuit, sais-tu ce que ça veut dire être aimée ? C’est ça quand on s’inquiète pour quelqu’un » dit-il, ému, à une autre qui s’était enfuie de chez ses parents. Il ne cesse jamais de leur ouvrir son cœur de père et de leur redonner de l’espoir.

Après avoir vu le film, le journaliste Serge Moati s’est écrié : « C’est une pépite, un chef-d’œuvre ! ». En effet, en vingt ans, Christian et Marie-France ont réalisé, non pas l’impossible, mais le mystère de ce dont l’homme est capable, à l’image de la multiplication des pains et des poissons ils se sont augmentés, ont donné sans mesure. Au début, une simple paillote pour pouvoir accueillir les enfants de la décharge pour qu’ils y mangent. C’est tout ce qu’ils avaient demandé : avoir un repas par jour. Mais très vite, ceux que l’on appelle papy et mamy voient plus grand et surtout veulent le meilleur pour ces enfants. Ils décident de construire une école, une infirmerie et enfin un centre de formation d’excellence pour les plus pauvres, afin que chacun puisse apprendre un métier et réussir sa vie.

Le film a assez de force pour pouvoir révéler d’autres vocations à l’image de celles de Christian et Marie-France des Pallières, ouvrir d’autres cœurs à l’aventure. Nous l’espérons.

Les pépites, de Xavier de Lauzanne. Documentaire français, 1h28. En salle depuis le 5 octobre 2016.

En attendant, l’association « Pour un sourire d’enfant » tourne toujours et vous pouvez la soutenir ici.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]