Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « Lutter contre le virus de l’indifférence » n’est pas si compliqué !

© Antoine Mekary / ALETEIA
Pope Francis leads his weekly general audience in St. Peter's Square in Vatican City, October 12, 2016. © Antoine Mekary / ALETEIA
Partager

À l’audience générale, le Saint-Père explique les œuvres corporelles et spirituelles de la miséricorde et leurs bienfaits au quotidien.

Les œuvres de miséricorde « éduquent à être attentif » aux exigences les plus élémentaires de « nos frères les plus petits », et représentent un antidote contre le « virus de l’indifférence » qui frappe le monde actuel, a souligné le pape François en présentant aux pèlerins et fidèles, rassemblés place Saint-Pierre, les thèmes de ses catéchèses, jusqu’à la clôture du jubilé, le 20 novembre prochain. « Je suis convaincu, a-t-il dit à l’audience générale, qu’à travers de petits gestes chaque jour, nous pouvons provoquer une vraie révolution culturelle (…) pas besoin de gros efforts ou d’actes surhumains ».

Sous le regard de Dieu

La miséricorde, a expliqué le Saint-Père, « n’est pas réservé à des moments particuliers », mais embrasse « toute notre existence quotidienne », et s’exprime par mille « petits gestes simples » qui ont « une si grande valeur aux yeux de Dieu que c’est sur eux que l’homme sera jugé ». De rappeler alors l’enseignement de Jésus rapporté dans l’évangile de Matthieu (25, 35-40) : À chaque fois que nous donnons à manger à ceux qui ont faim et à boire à ceux qui ont soif, que nous habillons une personne nue et accueillons un étranger, que nous rendons visite à un malade ou un détenu, c’est à Lui que nous le faisons.


Lire aussi : Les 5 règles du bon chrétien pour supporter quelqu’un d’insupportable


Ces petits gestes, l’Église les appelle « œuvres de miséricorde corporelles », a poursuivi le Pape, car ils répondent aux besoins matériels des personnes. Mais il y a aussi celles que l’on appelle « Œuvres de miséricorde spirituelles », tout aussi importantes,  surtout aujourd’hui, car « elles touchent aux exigences intimes de l’être humain, et sont souvent source d’une plus grande souffrance ». Parmi ces œuvres, il y en une qui est entrée dans le langage courant, « supporter patiemment les personnes ennuyeuses », a cité le Pape en ironisant sur le nombre de ces personnes. Les six autres sont : « conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, et prier Dieu pour les vivants et pour les morts ».

Au fil des prochaines catéchèses

Ces gestes, « ces œuvres », a-t-il annoncé, constitueront les thèmes des prochaines catéchèses, le mercredi, à l’audience générale, pour montrer comment « vivre concrètement la miséricorde » chaque jour. « Chers frères et soeurs, a-t-il exhorté, les oeuvres de miséricorde sont au coeur de notre foi en Dieu, redécouvrons-les et incarnons-les dans notre vie ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]