Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ils iront à la Manif pour tous. Domitille : « Notre devoir est de refuser une société familicide »

© Sabine de Rozières
Domitille lors d'une Manif pour tous en juin 2016 à Paris
Partager

Aleteia dresse le portrait de ceux qui défileront dimanche 16 octobre.

Rencontre avec Domitille, 25 ans, ingénieur chimiste aujourd’hui professeur de mathématiques, qui, comme beaucoup de monde, aime aller au ciné et boire des mojitos. Dimanche prochain, elle se rendra à la Manif pour tous (LMPT).

Aleteia : Pourquoi manifester encore une fois le 16 octobre prochain ?
Domitille : Cela fait presque cinq ans que le gouvernement s’acharne à détruire la famille par tous les moyens, à faire des lois pour des cas particuliers, à s’immiscer dans l’éducation parentale et, si possible, tâcher de la déconstruire. 2017 sera une année clé politiquement et par mon engagement à la Manif pour tous, je veux « fermement »  comme tous nos politiciens qui condamnent « fermement ces actes d’une rare barbarie »  dire à ceux qui se présentent à la présidentielle, que la famille et la filiation doivent être au cœur de leurs programmes. Non, ce n’est pas une option, non ce n’est pas une variable d’ajustement, la famille, c’est sacré et la filiation l’est tout autant. Il est intolérable de vouloir créer une humanité hors-sol.

Quels sont les enjeux cette fois ?
Juste après cette manifestation du 16 octobre, la France aura jusqu’au 21 octobre pour faire appel de sa condamnation par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) puisqu’elle avait eu le bon sens de ne pas reconnaître des enfants nés de GPA à l’étranger. Malheur à la France ! Vilaine fille qui veut faire appliquer la loi sur son propre territoire et se voit condamnée par la déesse Europe, grosse machine illisible qui sert à broyer les législations nationales.

Monsieur Mariton qui soutient Alain Juppé, Monsieur Sarkozy qui ne veut plus entendre parler de la loi Taubira, les masques tombent. Qui sont encore les soutiens politiques de LMPT ?
Je n’attends pas que les politiques nous soutiennent ou pas. Si certains d’entre eux ont ce courage, merci à eux. Mais n’inversons pas les rôles, c’est nous qui votons pour eux – ou pas – donc c’est à nous de leur rappeler nos priorités. Que celui qui a des oreilles entende. Pour moi c’est la famille et la filiation. Et je tiens à remercier la gauche car elle a attaqué frontalement là où la droite aurait biaisé mais serait parvenue au même endroit. Cette gauche nous a permis de nous révéler et de créer un réseau sans précédent en France et même dans le monde. Des hommes et des femmes qui partagent des valeurs communes et essentielles, ayant à cœur de préserver l’intérêt supérieur de l’enfant et non celui de l’adulte égoïste et égotique. Donc merci la gauche, grâce à vous nous sommes plus forts.

Pourquoi vous êtes-vous engagée à la Manif ?
Au départ je n’étais pas du tout motivée. Je pensais qu’on ferait deux manifs, qu’on serait 10 000 et que ce serait fini. En fait je me suis trompée et j’ai assez vite compris mon rôle, notre rôle. Nous les jeunes qui constituons les forces vives de cette grande dame qu’est la France, notre devoir est de refuser la société qu’on veut nous imposer, une société familicide. Une société sans repère ni boussole, sans bons sens, ni sens commun. C’est la société spectacle, remplie de bons sentiments qu’on veut m’imposer et bien je dis : non ! Et je le répèterais autant qu’il faudra. Être engagée à la Manif aujourd’hui ce n’est plus aussi facile, fun et encourageant qu’au début. C’est moins à la mode et c’est même parfois dur de rester mais je me dis que si je veux une société où la famille et la filiation sont protégées, c’est un devoir de se battre eu égard aux générations à venir.

Propos recueillis par Sabine de Rozières. 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]