Aleteia

Sur les traces de saint Dominique en pays cathare (2/2)

Hérésies ©photo Josse / Leemage
Partager
Commenter

Découvrez sa lutte contre l'hérésie.

Inquisition

On ne peut évoquer l’apostolat de saint Dominique sans aborder le délicat sujet de l’Inquisition. Celle-ci était une juridiction de l’Église catholique visant à combattre l’hérésie. Elle atteint son apogée lors du catharisme, et les sanctions imposées par l’Église pouvaient aller, dit-on, de la simple pénitence spirituelle jusqu’à la peine de mort, en passant par des amendes, confiscations, châtiment corporels. Quel rôle saint Dominique joua-t-il dans tout cela ?

Il convient pour mieux répondre à ce brûlant problème, de rappeler qu’il y eut à cette période de l’histoire deux « vagues » dans l’Inquisition : celle dite pontificale, et celle issue de l’initiative des rois espagnols. C’est la seconde qui traine dans son sillon les plus sombres histoires de fanatisme dangereux. Et c’est à la première de ces deux vagues que l’ordre dominicain s’est rattaché.

Saint Dominique prit bel et bien part à l’Inquisition, celle lancée par le pape Innocent III, faite de campagnes de prédications instaurées pour convertir les hérétiques par le dialogue, et conforter les croyants dans le doute. L’Inquisition associée aux tribunaux royaux fut instaurée dans le Sud de la France en 1234 seulement, par un accord entre le pape et les chefs des puissances européennes. Saint Dominique n’y prit donc part en aucune façon.

Nous ne pouvons que vous enjoindre à lire à ce sujet les études de M.H Vicaire intitulées Histoire de saint Dominique, paru en deux volumes aux éditions du Cerf 1982, ou bien l’ouvrage passionnant de J. Martin-Bagnaudez Inquisition : mythes et réalités, paru chez Desclée de Brouwer en 1992.

Le rosaire 

Il existe bel et bien une dernière chose à connaître sur ce grand saint à la vie édifiante : sa rencontre avec la Très Sainte Vierge Marie. C’est à lui que Notre Dame apporta le premier rosaire, lui demandant de le dire et de le faire dire, Elle lui adressa ces mots :

« Mon fils Dominique, ne vous étonnez pas de ne pas réussir en vos prédications ! Car vous labourez un sol qui n’a pas été labouré par la pluie ! Sachez que lorsque Dieu voulut renouveler le monde, il envoya d’abord la pluie de la salutation angélique et c’est ainsi que le monde fut racheté. Exhortez donc les hommes, dans vos sermons, à réciter mon psautier et vous recueillerez beaucoup de fruits pour les âmes. Cette prière est pour vous une arme contre les ennemis visibles et invisibles ».

À l’approche du mois d’octobre qui se trouve être le mois du rosaire, profitons en pour rappeler, comme le fit le pape Jean-Paul II, que prier le rosaire, c’est « contempler avec Marie le visage du Christ », et que c’est cette contemplation qui sauvera la jeunesse et le monde.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]