Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Priez pour Asia Bibi, son sort sera connu dans les prochaines heures !

© MARTIN BUREAU / AFP
People hold signs reading "Free Asia Bibi" as they demonstrate on the Parvis des droits de l'homme in Paris on October 29, 2014, to protest against the death sentence handed down to Pakistani Asia Bibi. Bibi's death sentence for blasphemy was upheld by an appeal court in Pakistan on October 17. Bibi, a Christian mother of five, was sentenced to death for blasphemy in November 2010 after being accused by Muslim women in her village of insulting the Prophet Mohammed. AFP PHOTO / MARTIN BUREAU / AFP PHOTO / MARTIN BUREAU
Partager

Sa famille demande au Pape et à tous les fidèles de prier pour que sa condamnation à mort soit levée. Asia Bibi, devant la cour suprême le 13 octobre, « supporte son calvaire en priant », assure Joseph Nadeem.

En prison depuis plus de sept ans, Asia Bibi, cette chrétienne et mère de cinq enfants, condamnée à mort pour blasphème, a les yeux tournés vers la Cour suprême qui, le 13 octobre, devra décider de son sort : confirmer la peine capitale ou la libérer et proclamer son innocence. « Je sens que le Pape prie pour ma mère et continuera à prier pour elle. Et grâce à ses prière ma mère sera libérée », a déclaré Esham, la fille d’Asia, pleine de confiance et espoir. Elle demande au Saint-Père et à tous les fidèles de prier pour sa mère. Des veillées de prières et intercessions spéciales s’élèveront des monastères, ce jour-là.

« Je n’ai jamais connu une femme aussi forte et courageuse comme Asia. Animée de ce courage que seule une foi profonde en Dieu et en la Providence peut susciter. Asia sait et dit toujours que Dieu aime et soutient ses enfants. Même en prison, elle se sent aimée, continue de croire et d’espérer », a confié Joseph Nadeem, tuteur de la famille d’Asia Bibi à Paolo Affatato pour Vatican Insider. Responsable de l’association Renaissance Education Foundation de Lahore, où étudient les filles de sa protégée, le représentant de la famille raconte la dernière visite qu’il a faite à la prison féminine de Multan, où Asia Bibi est enfermée depuis 2009.

Asia Bibi supporte son calvaire en priant

Joseph Madeen est allé trouver Asia Bibi avec l’époux de celle-ci, Ashiq Masih. Aussi incroyable que cela puisse paraître, la visite, affirme-t-il, se déroula « dans climat détendu et serein ». Asia va bien, assure-t-il, et son moral assez haut. « Nous avons parlé tranquillement avec elle, l’informant de la date de l’audience qui, nous l’espérons, sera concluante ». Il confirme : « Elle est pleine d’espoir, prie toujours et a une grande force en elle, malgré son calvaire ».

Joseph Nadeem ne cache pas qu’Asia a eu des hauts et des bas pendant toutes ces années – « des moments de découragement et amertume » – précise-t-il. Mais il assure qu’elle n’a jamais cessé de croire en Dieu, en son soutien. « Elle croit en son salut et demande à tous les croyants de la soutenir par la prière, de prier l’Esprit saint pour qu’il éclaire l’esprit des juges », a-t-il ajouté.


Lire aussi : « Condamnée à mort pour un simple verre d’eau »


L’audience devant la cour suprême d’Islamabad est fixée au 13 octobre, troisième et dernier degré de juridiction d’une affaire judiciaire ouverte en 2009 par une condamnation à mort, confirmée en appel, en 2014.

Les islamistes radicaux se préparent

Ce jour-là, l’ambiance sera très tendue dans la capitale pakistanaise. Le tam-tam des groupes extrémistes musulmans prédit des manifestations de protestations dans les rues et devant le palais de la Cour suprême.

L’affaire Asia Bibi, relève notre confrère italien, est un point sensible et la femme est devenue, malgré elle, un symbole sur lequel défouler toutes les pressions et tensions relatives à la loi controverse sur le blasphème qui, au Pakistan, punit à la prison à vie ou la peine de mort tout « outrage » fait à l’islam. En avril dernier, les groupes islamistes radicaux sont revenus à la charge, lâchant dans les rues des principales villes du Pakistan tous leurs partisans et sympathisants aux cris « À mort Asia Bibi ! », et lançant un énième « message codé » au gouvernement, le mettant au défi de modifier la loi anti-blasphème.

L’opinion publique appelée à se mobiliser jusqu’au bout

Aujourd’hui, une campagne de sensibilisation internationale – largement répercutée par les réseaux sociaux – est lancée par des ONG et associations de la société civile en Europe et ailleurs dans le monde, pour rappeler à l’opinion publique, aux gouvernements occidentaux et au gouvernement pakistanais leurs responsabilités pour sauver et protéger Asia Bibi.

Selon Joseph Nadeem, les pressions internationales sur le gouvernement pakistanais, sont utiles jusqu’au dernier moment, non pour interférer avec la magistrature qui devra décider de manière transparente et indépendante, sans se laisser influencer par les groupes musulmans extrémistes, mais pour s’assurer que l’exécutif « garantisse un haut niveau de sécurité et que tout se déroule régulièrement, en tenant sous contrôle les manifestations de protestation ».

Asia est aujourd’hui « victime d’une bataille idéologique qui va au-delà de la réalité des faits, ne tient pas compte de ce qui s’est réellement passé », explique le représentant de la famille. La Cour suprême « devra s’en tenir aux faits et notre avocat le lui demandera ». Ainsi, si la justice fait son travail et si cette affaire est jugée équitablement – « et si Dieu le veut », a conclu le représentant légal de la famille – Asia sera acquittée.

Loi sur le blasphème

Dans un entretien accordé à l’Agence Fides, le Père Robert Mc Culloch, actuel Procurateur général de la Société de Saint Colomban et pendant plus de 30 ans missionnaire au Pakistan, estime qu’ « il est dans l’intérêt des institutions pakistanaises qu’Asia soit acquittée, de manière à démontrer au monde que le Pakistan respecte l’Etat de droit, les droits fondamentaux et la liberté religieuse ». La loi sur le blasphème constitue, selon lui, « un lourd bagage laissé par un dictateur, dont le gouvernement pakistanais a hérité ». L’exécutif a lancé une discussion au Parlement visant à la corriger afin d’en éviter les abus. Dans cette œuvre, le religieux pense que « le soutien international apporté au gouvernement pakistanais peut être important ». Cette loi, telle qu’elle est en vigueur aujourd’hui, dit-il, nuit à la réputation internationale du pays et il est donc dans l’intérêt du gouvernement d’intervenir ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]