Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 23 septembre |
Saint Pio de Pietrelcina
home iconPolitique
line break icon

Le mot de la semaine : « voiture » (sans, de préférence)

©PATRICK KOVARIK / AFP PHOTO /

A long exposure picture taken on September 13, 2015 in Paris shows the Place de l'Opera without road traffic, ahead a car-free day throughout the city on September 27, 2015, organised by Paris' Mayor Anne Hidalgo and the French collective 'Paris sans voiture' (Paris without cars). AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK / AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK

Alexis Bétemps - Publié le 30/09/16

Retour sur la Journée sans voiture du 25 septembre et la "piétonnisation" des voies sur berges de Paris.

Le week-end dernier, les Parisiens ont découvert une ville (presque) sans automobile. La capitale avait été, le temps d’une promenade sous le soleil de septembre, « piétonnisée ». Ce néologisme barbare, très en vogue dans le vocabulaire des politiques municipales depuis la fin des années 1990, frappe au moins autant par son inélégance que par sa prodigieuse capacité à tricher avec la langue : il dit précisément ce qu’il ne dit pas.

Piétonniser la rue, c’est en réalité interdire aux automobilistes de circuler. Rien de dramatique à cela en soi, mais force est d’admettre que la communication autour de l’événement se distingue par son zèle à ne justement pas nommer la grande absente, la principale concernée, l’unique et seule à qui cette mesure éphémère s’applique : la voiture.

Aurait-on décemment pu « dévoituriser » Paris ? Le terme ne heurte pas davantage l’oreille… Mais il possède le terrible inconvénient de poser les choses telles qu’elles sont et d’assumer le caractère négatif, privatif et finalement déplaisant de cette action de communication à grande échelle. La fête s’en serait assurément trouvée gâchée.

Pourtant, piétonniser la rue est un non-sens absolu. La rue est précisément un espace où circulent piétons et automobiles – les premiers sur le trottoir (seule la langue française est capable d’inventer un nom d’une telle poésie), les seconds sur la chaussée (terme tombé, sans que le hasard en soit seul responsable, en désuétude).

Le lendemain, le Conseil de Paris votait la fermeture des voies sur berges à la circulation automobile. Cette fois, la presse entière s’est empressée de relayer les éléments de langage de l’exécutif parisien, sans y voir la charge idéologique que ceux-ci charriaient dans leur flot. Les voies sur berges « rendues » aux piétons, voire la « reconquête » des bords de Seine… À ces mots, chacun revoit en pensée les terribles images de ces hordes de voitures pourchassant les piétons hors de leur territoire. Il s’en est fallu de peu pour qu’Anne Hidalgo ne proclame, du balcon de l’Hôtel de Ville : « Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! », dans un élan digne d’un de Gaulle qui aurait souscrit à un abonnement Vélib’.

Ce que ces glissements de langage sans cesse plus inconscients révèlent, c’est le penchant irrésistible de la communication politique contemporaine, qui consiste à créer artificiellement une tension permanente entre positif et négatif, de tout réduire à un combat pour davantage de liberté (ou de « mobilité », autre perle de la novlangue de notre siècle), autrement dit de réduire le langage et le réel à une opposition manichéenne entre bien et mal.

À une époque où les références à la morale sont totalement proscrites dans le débat public, et où leur invocation déclenche les pires suspicions dans l’opinion (surtout dans celle des journalistes), une telle régression prête à sourire. D’autant que les piétons du dimanche sont souvent les automobilistes du lundi, et que les voitures, pour maléfiques qu’elles soient, renferment très souvent un piéton qui s’ignore dans leurs carcasses de tôle. À quand une croisade pour les en libérer ?

Tags:
mot de la semaineParisvoiture
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
3
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
4
Laurent Ottavi
Guillaume Cuchet : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra b...
5
Père Christian Lancrey-Javal
Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de bo...
6
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
7
WEB2-FAMILLE-LEFEVRE-YOUTUBE.jpg
Agnès Pinard Legry
Le premier single de la famille Lefèvre enfin disponible
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement