Aleteia

Les 10 choses à ne jamais dire à sa femme

© Shutterstock
Partager
Commenter

Petits conseils pour éviter aux hommes quelques maladresses...

Vous ne pensiez à rien, ou vous pensiez juste ce que vous avez dit… C’est simple non ? Sauf qu’entre ce que vous vouliez dire, ce que vous avez dit et comment votre chérie l’a interprété, il y a parfois un monde.

Quand quelqu’un sur-réagit à une remarque qui peut paraître anodine, c’est qu’elle vient toucher ses valeurs, son histoire ou ses blessures. Si vous souffrez de votre orthographe déplorable, les blagues sur les fautes de français de Ribéry ne vous feront pas rire. Si votre femme assume mal ses rondeurs après la naissance de votre bébé, votre admiration pour les ravissantes jambes de sa meilleure amie réactivera son complexe. Vous risquez involontairement d’amplifier une petite voix qui parle déjà en elle pour la dénigrer, de faire écho à ses frustrations.

Vous avez pourtant raison de vouloir donner votre point de vue, lui proposer de changer d’habitudes ou lui faire part de vos besoins. Continuez à le faire pour qu’elle ne rejoigne pas le bataillon des femmes qui se plaignent d’avoir avec leur conjoint « un enfant de plus à la maison » : prenez votre place dans votre couple et affirmez-vous !

Mais comment ? Vous avez expérimenté que ce n’est pas si facile de dire les choses, et  vous êtes parfois surpris de déclencher de pleurs, ou un mutisme inquiétant .

Comment vous exprimer autrement, pour que votre dialogue soit vraiment au service d’une meilleure entente conjugale, et non source de rancune tenace ?

Tout simplement en « déminant le terrain » : que vos paroles ne puissent être sujettes à des interprétations négatives.

Rappelez-vous aussi qu’une femme a besoin d’empathie, plus que d’entendre vos conseils ou vos solutions à ses problèmes. Elle a aussi besoin d’un co-pilote familial, pas d’un exécutant à qui explique chaque matin comment nouer l’écharpe de la petite. Ce qui est la plus grande cause de fatigue chez les mères de familles n’est pas d’en faire plus mais d’avoir la responsabilité de penser à tout.

1. « Repose toi bien aujourd’hui »

Ce qu’elle comprend : « Tu ne fais rien de tes journées, tu as bien le temps de te reposer, toi ».
Ce que vous pensiez : « Ce serait bien que tu en fasses moins, tu as l’air fatiguée ».
Ce que vous pourriez dire : « Je suis embêtée de te voir fatiguée, comment pourrais-tu faire pour te reposer ? ».

2. « Tu as minci, non ? »

Ce qu’elle comprend : « Tu es grosse ».
Ce que vous vouliez dire : « Tu as minci, non ? ».
Alors dites plutôt : « … » rien, parce que même Chuck Norris ne parle pas à sa femme de son poids, c’est un sujet tabou.

3. « Tu devrais apprendre à gérer tes priorités »

Ce qu’elle comprend : « T’es mal organisée ».
Ce que vous pensiez : « Pose-toi avec moi pour prendre un café au lieu de faire des machines ».
Ce que vous pourriez dire : « Ma chérie qu’est-ce je peux faire pour t’aider ? ».

4. « C’est pas grave, chérie… »

Ce qu’elle comprend : « Je me fiche de ton problème ».
Ce que vous pensiez : « Ne te stresse pas autant ».
Ce que vous pourriez dire : « Qu’est-ce que tu attends de moi ? ».

5. « Tu as vu le maquillage horrible de Laure, tu réalises qu’elle n’a que 14 ans ! »

Ce qu’elle comprend : « Tu es une mauvaise mère, tu élèves ta fille comme une traînée ».
Ce que vous pensiez : « Laure se maquille déjà ».
Ce que vous pourriez dire : « Je réalise que Laure se maquille, ça me choque à son âge, tu en penses-quoi ? ».

6. « Tu n’as pas été augmentée ? »

Ce qu’elle comprend : « Tu es une gourde infichue de demander une augmentation à ton chef ».
Ce que vous pensiez : « Quelle injustice que tu n’aies pas été augmentée avec le super travail que tu fais ».
Ce que vous pourriez dire : « Tu dois être déçue de ne pas avoir été augmentée ».

7. « Tu as l’air fatiguée »

Ce qu’elle comprend : « Tu es moche ».
Ce que vous pensiez :« Je suis embêté de te voir si fatiguée ».
Ce que vous pourriez dire : « As-tu besoin d’aide ? ».

8. « Le bébé pleure (à 2h du matin) »

Ce qu’elle comprend : « À toi de t’occuper du bébé qui pleure ».
Ce que vous pensiez : « Est-ce qu’il faut aller voir le bébé ? » (on vous laisse le bénéfice du doute, vous ne saviez peut-être vraiment pas).
Ce que vous pourriez dire : « … » Là encore, ne dites rien, laissez-la dormir et levez-vous.

9. « Il y a match ce soir »

Ce qu’elle comprend : « Je vais passer la soirée au bar avec mes potes en t’abandonnant et rentrer à pas d’heure »;
Ce que vous pensiez : « Je regarde le match ce soir ».
Ce que vous pourriez dire : « Ça t’embête si je regarde le match ce soir ? » Oui, ça l’embête, mais vous aurez fait l’effort de demander.

10. « Tu as toutes tes chances pour ce poste grâce à la parité »

Vous ne saurez jamais ce qu’elle a compris ni ce que vous auriez dû dire : elle est déjà partie en claquant la porte pour aller au cinéma avec une copine « qui ne dirait jamais de choses immondes comme ça ».

Et les autres phrases à ne pas dire ? Celles qui agissent aussi comme du fer rouge sur votre femme ? La liste n’est pas exhaustive, votre couple ne ressemble à aucun autre. Si vous ne les connaissez pas encore, il y a un moyen infaillible de les éviter : prenez un apéro tous les deux et discutez-en, ce sera l’occasion d’en rire ensemble et d’augmenter la durée de vie de vos piles d’assiettes.

Tags:
couple
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]