Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’islamisation de l’Occident est-elle pour demain ?

©Antoine Mekary/ALETEIA
Partager

Dans une récente homélie, le cardinal Schönborn nous met en garde depuis Vienne.

Le cardinal Christoph Schönborn, très proche du pape François, a la réputation d’être un homme réfléchi. Ses mots ont du poids, en Autriche comme dans le reste du monde. On le compte parmi les plus modérés et les plus éminents théologiens du collège des cardinaux.

L’Europe a dilapidé l’héritage chrétien

Il a cependant récemment fait récemment parler de lui avec des propos sur l’islam et l’Europe qui changent de son habituelle tempérance. Lors de son homélie du dimanche, comme le signale la conférence des évêques d’Allemagne, on célébrait en Autriche la fête du Saint Nom de Marie, qui commémore la victoire contre les Turcs le 12 septembre 1683, lors de la bataille de Vienne. Cette victoire n’a pas simplement sauvé Vienne et l’empire autrichien mais probablement protégé de grandes parts de l’Europe d’une islamisation forcée.

« Il y a 333 ans, a expliqué le cardinal Schönborn, Vienne a été sauvée. Il faut désormais se demander  : faisons-nous face à une troisième tentative d’une conquête musulmane de l’Europe ? De nombreux musulmans le pensent et le souhaitent : l’Europe d’aujourd’hui est sur le point de mourir ». Le continent a dilapidé son trésor chrétien comme le fils prodigue a dilapidé l’argent de son père. Le cardinal a en effet terminé son homélie par ses mots : « Aie pitié de ton peuple, Seigneur, car il est sur le point de dilapider ton héritage ».

L’écho sur les réseaux sociaux en Allemagne et en Autriche a été considérable. On a alors souvent commenté, sur Facebook notamment, que le cardinal a nommé le risque qu’affronte aujourd’hui l’Europe de manière lucide. « Éminence, ne voulez-vous pas en parler à votre ami le cardinal de Cologne ? », lit-on par ailleurs, celui-ci, Rainer Maria Woelki, étant accusé pour sa part d’angélisme, soutenant encore et toujours l’accueil inconditionnel des réfugiés musulmans. Mais d’autres voix reprochent au cardinal de conduire ses ouailles dans les bras des populistes de droite.

Les musulmans font partie de l’Autriche

Effectivement, le parti d’extrême droite FPÖ a profité de l’occasion pour dire qu’il fallait, aujourd’hui, comme en 1683, protéger l’Occident. Ce n’est pourtant pas le propos du cardinal Schönborn. Il a condamné à plusieurs reprises les propos hostiles vis-à-vis des réfugiés et a même répété que les 600 000 musulmans que compte son pays font partie de l’Autriche. L’identité chrétienne qu’il voit disparaître est justement une injonction à se mettre au service des réfugiés. L’amour du prochain ne se limite pas aux chrétiens ni aux compatriotes. Il reste que son propos très fort rappelle la fragilité de l’Europe face à un islam qui peut se faire conquérant et dans lequel tout chrétien doit savoir rester lucide en même temps que charitable.

« Nous allons les ratatiner car c’est ce que veut Allah »

Il semble en effet ne pas avoir tort lorsqu’il dit qu’une part non négligeable des musulmans souhaite une transformation radicale de l’Europe actuelle. Nul autre que l’imam de la mosquée de Jérusalem, le Sheikh Muhammad Ayed, avait déclaré en 2015 que la baisse de la natalité en Occident ferait des musulmans le seul avenir possible de l’Europe. « Nous allons les ratatiner car c’est ce que veut Allah. » Il semble ainsi que les propos de Schönborn ont sonné juste pour de nombreuses oreilles angoissées en Europe. Mais cet épisode a également un précédent, puisque le pape François lui-même avait parlé en mars dernier d’une « invasion arabe« . Cette « invasion » est d’abord l’occasion d’une conversion radicale pour l’Europe, non pas vers l’islam, mais vers sa vraie nature, chrétienne, qu’elle a à redécouvrir.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]