Aleteia

Résister à la tentation de l’infidélité

© Maria Sbytova/Shutterstock
Partager
Commenter

Comment éviter l'adultère ?

Il est 21h, Léo, 10 ans, est assis en face de l’appartement de la maîtresse de son père.

Le petit garçon avale un sandwich et attend que des lumières s’allument à l’étage. Il s’est sauvé de chez lui un mercredi et a pris le train. Deux changements et une heure plus tard il sort de la station, vérifie l’adresse sur son portable, et s’installe sur un banc. Léo est venu pour voir « l’autre femme », celle chez laquelle Luc, son papa, passe de plus en plus de temps. Son père a une maîtresse, il le sait parce que, même dans sa grande maison, il ne peut échapper aux disputes de ses parents et aux explications embarrassées de Sabrina, sa mère, quand, le soir, Luc ne rentre pas.

Cette histoire m’a bouleversée.

Chères femmes et chers hommes qui banalisez l’adultère, je me devais de vous la raconter. Pour que vous sachiez.

Pas de drame pourtant chez les parents de Léo : un couple qui marche à peu près, deux CDI, un crédit immobilier presque remboursé, des amis. Et une tentation : cette collègue de bureau qui, elle, écoute avec admiration Luc raconter son week-end ou ses nouveaux défis professionnels. C’est vrai que Sabrina n’était plus aussi disponible : les enfants, un travail prenant, du sport « pour évacuer » : elle avait du mal à contenir ses bâillements en écoutant Luc raconter ses réunions de travail. De son côté, il rentrait de plus en plus tard, tendu par la fatigue et le stress. Pas vraiment aidant à la maison. Une sexualité en berne et une vie de colocataire : rien que de très ordinaire.

Difficile de résister à l’obsolescence programmée du couple occidental. On peut divorcer plus vite que résilier un abonnement téléphonique, et la fidélité conjugale s’arrête souvent aux portes de l’entreprise. Au fond, où est le problème à prendre un peu de bon temps ? Mais si le « safe sex » (« sexe sans risque » en français) évite les MST, il donne des Léo. Qui n’ont rien demandé.

Bon époux, bon père dans son quartier, il est si tentant d’être un autre homme à la sortie du métro, avec parfois une alliance enlevée subrepticement, par peur de la perdre, mais sans peur de se perdre…

Est-ce que cela choque encore quelqu’un ?

J’ai presque cru à la vertu des hommes l’autre jour : sur le quai de la gare, en plein mois de juillet, deux cadres en costume semblaient s’indigner que leur grand patron n’ait aucun scrupule, sa femme et ses enfants partis dans le Luberon, à accumuler les conquêtes féminines. Deux phrases plus loin, j’ai compris leur vrai souci : eux n’auraient jamais accès aux informations stratégiques que leurs blondes collègues en Louboutin pouvaient glaner sur l’oreiller, et ça, c’est vraiment inégalitaire !

Quand le travail n’offre pas de tentations, les sites de rencontres ou vos « amis » des réseaux sociaux vous incitent à penser que l’herbe sera plus verte ailleurs. Et pourtant vous savez bien que cela ne vous rendra pas heureux !

Alors comment éviter l’adultère ? Pas facile de résister, c’est sûrement une forme d’héroïsme pour certains que de rester fidèle, mais il faut s’en donner les moyens. D’abord se reconnaître et s’accepter  fragile, puis user de prudence, de discernement et de courage. Quand vous voulez arrêter de fumer, vous ne gardez pas de cigarettes dans votre table de nuit. Vous avez bien su éviter les tentations au restaurant pour retrouver votre ligne. De même, si vous voulez rester fidèle à votre femme, n’allez pas déjeuner seul avec cette collègue formidable. Ne consolez pas non plus votre jeune stagiaire qui a raté un examen. C’est la base de la prudence, pas la peine de jouer avec le feu, surtout en pleine sécheresse conjugale. Ce serait difficile à éteindre.

Et posez-vous au calme pour vous demander ce qui vous manque dans votre relation et que vous commencez à trouver dans cette autre personne qui vous attire. L’adultère est un symptôme de dysfonctionnement conjugal. Alors interrogez-vous simplement : est-ce que je me sens aimé de mon conjoint ? Arrivons-nous a communiquer ? Est-ce qu’il n’y a pas des pardons à se donner ? C’est le moment de vous inscrire à un parcours Alpha, de partir 48h à deux. Pas juste pour Léo. Parce que votre couple le vaut bien, et que vous pourrez continuer à être fier de vous en vous regardant dans votre glace.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]