Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Musique. 5 manières de combattre le trafic d’êtres humains

Partager

"For Those Who Can’t Speak" ("Pour ceux qui ne peuvent pas parler").

Le trafic est un crime contre l’humanité, et nous, chrétiens, ne pouvons pas ignorer cela. Agissons en envoyés de Dieu, incarnons les bras du Christ et enlaçons les victimes. Soyons Sa voix, et parlons pour ceux qui ne le peuvent pas.

Le groupe Tenth Avenue North a écrit la chanson « For Those Who Can’t Speak » pour sensibiliser les foules au trafic d’êtres humains, et vous invitent à la partager avec le hashtag #SlavesNoMore.

Mais ce n’est que la première étape. Le soi-disant « militantisme du hashtag » est important pour susciter de l’intérêt, mais que se passe-t-il quarante-huit heures plus tard, quand le dernier buzz autour de la famille Kardashian a enterré l’information ? Qu’en est-il alors des victimes ? Nous sommes tout à fait conscients qu’elles existent, mais que faisons-nous à cet égard ?

Voici donc 5 manières d’aller au-delà du hashtag et de réellement combattre le trafic d’êtres humains :

1. Jeûnez et priez

Nous menons un grand combat et nous avons besoin de nos meilleures ressources : la grâce, la force et la Miséricorde de Dieu. Priez pour les victimes : mêmes les personnes qui s’en sont sorties sont meurtries à vie. Priez pour ceux qui luttent contre le trafic au quotidien. Priez pour nos politiciens. Et priez pour les responsables. Jeûnez et priez pour le pardon de leurs péchés, et implorez la Miséricorde de Dieu.

2. Renseignez-vous

Le trafic d’êtres humains affecte les adultes et les enfants, les garçons et les filles. Le trafic sexuel est endémique, et le travail forcé l’est encore plus.

Informez-vous : lisez à ce propos, regardez des films. Apprenez les faits, et essayez de reconnaître les signes au cas où vous croiseriez une victime.

3. Impliquez-vous

Des sites tels que le Polaris Project vous garderont informé de la législation en vigueur. Actuellement, le Congrès américain débat d’un projet de loi visant à améliorer la transparence des chaînes d’approvisionnement. Vous pouvez agir facilement !

4. Soyez un consommateur responsable

Savez-vous d’où viennent les produits que vous achetez ? Des sites tels que slaveryfootprint.org peuvent vous aider à déterminer la provenance de ce que vous achetez : sont-ils issus d’un travail forcé ?

5. Trouvez votre voie

Les questions relatives à la justice sociale sont parfois effrayantes. Elles nous laissent sans voix : c’est un problème trop gros pour une seule personne. Plutôt que d’essayer de sauver le monde, demandez-vous : « Qu’est-ce que je peux faire ? ». Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire, même de chez vous. Par exemple, sponsorisez un enfant pour le protéger du trafic.

Commencez petit à petit.

À vous de jouer !

Pour suivre vos artistes préférés et découvrir de nouvelles musiques tous les jours, suivez Cecilia ici mais aussi sur Facebook.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.