Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi faut-il mourir un vendredi avant 23h59 ? (si possible !)

©Corinne SIMON/CIRIC
©Corinne SIMON/CIRIC
Partager

Chapelets, scapulaires... petite histoire de ces objets de dévotion, considérés à tort comme des grigris.

Ils prennent du temps, grattouillent la peau, et parfois s’assortissent mal à nos vêtements, mais comment ne pas s’y vouer s’ils peuvent nous permettre d’admirer Notre-Dame et son divin Fils jusqu’à la fin des temps ?

Car la Sainte Vierge obtient tout de Dieu : la médaille miraculeuse

Le 27 novembre 1830, Catherine Labouré, religieuse chez les Filles de la Charité au 140 rue du Bac à Paris, voit la sainte Vierge lui apparaître alors qu’elle est en oraison. La Vierge se tient debout sur un globe, piétinant un serpent et portant des anneaux de différentes couleurs d’où jaillissent des rayons de lumière. Tout autour apparaissaient les mots : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous ». La Vierge dit : « C’est l’image des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent », et pour expliquer les anneaux qui ne projettent pas de rayons, elle ajoute : « C’est l’image des grâces que l’on oublie de me demander ». Puis le tableau paraît se retourner, c’est le revers de la médaille : entouré de douze étoiles, un grand M, initiale de Marie, surmonté de la Croix. Au-dessous, deux cœurs : celui de Jésus, couronné d’épines, et celui de Marie, percé par un glaive. Catherine entend alors la Sainte Mère de Dieu lui demander de porter ces images à son confesseur, en lui disant de les frapper sur des médailles car « tous ceux qui la porteront recevront ces grâces ».

La requête est approuvée par l’archevêque de Paris, et la médaille devient très vite extrêmement populaire. Ce joyeux épisode honorant la ville de Paris incita le Pape Pie IX à proclamer le 8 décembre 1854 le dogme de l’Immaculée Conception. Exhumé en 1933, le corps incorrompu de Sainte Catherine Labouré gît dans une chasse sur l’autel de la chapelle de la Médaille Miraculeuse, aux côtés du corps incorrompu également de Sainte Louise de Marillac.

Pour mourir en état de grâce et aller au Ciel dès le samedi : le scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel

Scapulaire vient du latin scapula, épaule. La Très Sainte Vierge est la Mère de tous les chrétiens, et le rôle premier d’une maman n’est-il pas de couvrir le dos de ses enfants ?

Apparu au VIIe siècle dans l’Ordre de Saint Benoît, le scapulaire est composé deux morceaux de tissus portés à l’avant et à l’arrière du corps, joints sur les épaules par des cordons. S’il est porté par les religieux il s’apparente à un véritable vêtement, s’il est porté par les laïcs il prend la forme d’une sorte de collier. Les deux morceaux de tissus du scapulaire des laïcs sont respectivement brodés de représentations du Sacré Cœur de Jésus, et du Cœur Immaculé de Marie.

En 1251 à Cambridge, alors que le carmélitain Simon Stock appelle la Sainte Vierge en aide à son ordre opprimé, Elle lui apparaît à l’aurore entourée d’anges et cerclée de lumière. Vêtue de l’habit de l’Ordre du Carmel, elle tient dans sa main une étoffe marron qui est le scapulaire de l’Ordre. Elle le donne à Simon Stock en lui disant : « Ceci est un privilège pour toi et pour tous les Carmes. Quiconque mourra en portant cet habit ne souffrira pas le feu éternel ».

©Wikimedia
©Wikimedia
©Wikimedia

En 1317, le pape Jean XXII rédige la Bulle Sabbatine, à la suite d’une vision de la Sainte Vierge lui promettant de venir sortir les âmes du purgatoire le samedi suivant leur décès, si, lors de leur mort, et durant leur vie, elles avaient fidèlement porté le scapulaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Le chapitre 38 du Livre de la Vie de Sainte Thérèse d’Avila semble appuyer l’effectivité du privilège sabbatin : « Un très bon religieux de notre Ordre étant fort malade, je connus dans un grand recueillement qui me prit en entendant la Messe un samedi, qu’il était mort, et je le vis monter au Ciel sans entrer en purgatoire ; j’ai appris depuis qu’il était mort en effet à la même heure que je l’avais vu… Je fus fort étonnée de ce qu’il n’avait pas passé par le purgatoire, mais il me fut dit que s’il l’avait évité, c’est qu’il avait suivi fidèlement la Règle de sa profession et avait bénéficié de la grâce accordée à l’ordre par les Bulles particulières touchant les peines du purgatoire ». Il semble depuis qu’il soit très répandu que les catholiques rêvent tous de mourir un vendredi à 23h59 !

Monseigneur Leo de Goesbriand (1816-1899) fait une bien belle considération au sujet du scapulaire : « Où que je sois, quoi que je fasse, Marie ne me voit pas sans voir sur mon corps une preuve de mon dévouement pour elle. »

Des promesses liées à nos fins dernières, les plus importantes qui puissent exister. Le port du scapulaire est habituellement associé à la promesse de la récitation du chapelet chaque jour de la vie.

Pour la conversion des pécheurs : le scapulaire vert

Révélé par la Sainte Vierge à sœur Justine Bisqueyburu, religieuse qui eut des apparitions en 1840 dans le couvent de la chapelle Notre-Dame-de-la-Médaille-miraculeuse, 140 rue du Bac à Paris. Ce scapulaire permet la conversion des pécheurs et a fait l’objet de deux approbations successives du pape Pie IX en 1863 puis en 1870.

De nombreuses conversions ont été introduites par ce scapulaire. Quelle bonne idée alors de donner un scapulaire vert à un proche éloigné de Dieu, en lui disant simplement qu’ainsi la Sainte Vierge le protégera. Si les non-croyants rouspètent beaucoup contre Dieu, ils sont souvent bien moins voraces lorsqu’il s’agit de la Vierge. Une fois le sacramental placé dans la poche ou dans le porte-monnaie, la personne qui sans s’en rendre compte a dit oui à la Sainte Vierge en acceptant le scapulaire vert attend rarement très longtemps avant de voir son cœur se convertir.

©Wikimedia
©Wikimedia
©Wikimedia

Pour tous les besoins de la vie présente et de la vie future : le chapelet

150 Psaumes, 150 poissons pour Saint Pierre, et 150 Ave Maria pour la Sainte Vierge.

Composé de 5 séries de 10 grains, représentant les 5 mystères glorieux, les 5 mystères douloureux, et les 5 mystères joyeux, le chapelet depuis le Moyen-Âge est considéré comme l’arme la plus puissante des chrétiens. La pratique est née de l’apparition de la Sainte Vierge à saint Dominique vers 1200 pour lui demander : « Récite mon Psautier et enseigne-le à tes hommes. Jamais cette prière n’échouera ». La récitation de 150 Ave Maria était déjà une pratique courante depuis le XIe siècle, connue sous le nom de Psautier de Marie, afin de pallier la difficulté de réciter les 150 Psaumes de la Bible.

Une pratique demandée régulièrement par la Sainte Vierge

En 1846 à la Salette, la Sainte Vierge se pare de 3 guirlandes de roses : joyeuses, douloureuses, et glorieuses du Rosaire. De même à Pellevoisin en 1876.
En 1871 à Pontmain, pendant la récitation du chapelet, Marie grandissait et les étoiles se multipliaient.
En 1858, Marie apparaît 18 fois avec un rosaire à la main.
En 1917 à Fatima, la Sainte Vierge demande 7 fois aux enfants de réciter le chapelet chaque jour.

© Jiri Hera / Shutterstock
© Jiri Hera / Shutterstock
© Jiri Hera / Shutterstock

Les promesses de la Sainte Vierge 

  1. Quiconque Me servira fidèlement par la récitation du Rosaire, recevra des grâces remarquables.
  2. Je promets Ma protection spéciale et les plus grandes grâces à ceux qui réciteront le Rosaire.
  3. Le Rosaire sera une armure puissante contre l’enfer; il détruira le vice, il fera diminuer les péchés et vaincra les hérésies.
  4. Il fera fleurir la vertu et les bonnes œuvres; il obtiendra pour les âmes l’abondante miséricorde de Dieu; il retirera les cœurs des hommes de l’amour du monde et de ses vanités, et les élèvera au désir des choses éternelles. Oh, ces âmes se sanctifieront de cette façon-là.
  5. L’âme qui se recommande à Moi par la récitation du Rosaire ne périra pas.
  6. Quiconque récitera le Rosaire avec dévotion, en s’appliquant à la considération des saints mystères, ne sera jamais vaincu par le malheur. Dieu ne le châtiera pas dans Sa justice. La mort ne le prendra pas au dépourvu; s’il est juste, il restera dans la grâce de Dieu et deviendra digne de la vie éternelle.
  7. Quiconque aura une vraie dévotion envers le Rosaire ne mourra pas sans les Sacrements de l’Église.
  8. Ceux qui sont fidèles à la récitation du Rosaire auront durant leur vie et à la mort la lumière de Dieu et la plénitude de Ses grâces. Au moment de la mort ils participeront aux mérites des Saints en paradis.
  9. Je délivrerai du purgatoire ceux qui auront été dévots au Rosaire.
  10. Les enfants fidèles du Rosaire mériteront un haut degré de gloire dans le Ciel.
  11. Vous obtiendrez tout ce que vous Me demanderez par la récitation du Rosaire.
  12. Tous ceux qui propagent le saint Rosaire seront aidés par Moi dans leurs nécessités.
  13. J’ai obtenu de Mon Divin Fils que tous les défenseurs du Rosaire auront pour intercesseurs la cour céleste entière durant leur vie et à l’heure de la mort.
  14. Tous ceux qui récitent le Rosaire sont Mes fils, et les frères de Mon Fils unique Jésus-Christ.
  15. La dévotion à Mon Rosaire est un grand signe de prédestination.

Afin qu’elle reste semblable à un chant d’amour, saint Louis-Marie Grignon de Monfort avertit quant à la façon de réciter le chapelet :
« C’est une pitié de voir comment la plupart disent leur chapelet ou leur Rosaire. Ils le disent avec une précipitation étonnante; ils mangent même une partie des paroles. On ne voudrait pas faire un compliment, de cette manière ridicule, au dernier des hommes, et on croit que Jésus et Marie en seront honorés !… Après cela, faut-il s’étonner si les plus saintes prières de la religion chrétienne restent sans presque aucun fruit; et si, après mille et dix mille Rosaires récités, on n’en est pas plus saint ? »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.