Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une lune de miel avec Mère Térésa

Partager

ou l'histoire étonnante d'un couple qui a suivi les Soeurs de la Charité partout... Même pour leur voyage de noce !

Lourdes et Chema n’auraient manqué la canonisation de Mère Térésa pour rien au monde. Place Saint-Pierre, ils se souviennent des quatre étés qu’ils ont passés avec les Sœurs de la Charité. En Roumanie en 2005, ils aidaient les Sœurs qui s’occupaient d’handicapés mentaux, partageant leur vie de prières et de services. Ils sont allés encore plus loin dans le service l’été d’après en se rendant en Ethiopie, où ils s’occupaient des malades et des mourants.

Programme de vacances de choc

Chema se souvient : « Nous participions à la messe, tôt le matin, puis chaque personne se rendait au travail. Nous faisions déjeuner les enfants avant leur sieste, pendant laquelle nous pouvions déjeuner à notre tour. À leur réveil, nous leurs faisions suivre leur thérapie, nous pouvions jouer avec eux et finissions la journée par l’exposition du Saint Sacrement ». Son épouse Lourdes ajoute, souriante, que le programme devait être suivi à la lettre : « Passé 21h, les Sœurs lâchaient des chiens de garde, on avait intérêt à être bien à l’abri dans sa chambre ! »

La misère et la charité, en un été

Malgré leurs sourires rayonnants, ils admettent avoir été profondément choqués par les misères qu’ils ont côtoyées, en même temps que les Sœurs de la Charité. Les deux jeunes gens ont vu des maladies et des souffrances terribles. Mais face à cette dureté, ils ont été impressionnés par la force des Sœurs de la Charité.

« Elles étaient perpétuellement souriantes, assure Chema. Elles ne se plaignaient jamais et travaillaient tout le temps. On ne les voyait jamais lambiner. » Et ces sœurs de choc se montrent d’une gentillesse désarmante avec les jeunes gens venus les aider. Si bien que, malgré les conditions de vies spartiates, Chema et Lourdes rempileront l’été suivant, et même celui d’après.

Deux jeunes mariés chez les bonnes sœurs

Or « celui d’après » c’est l’été 2009, l’année du mariage du jeune couple, qui décide que plutôt que les plages de sable blanc, ils choisiront l’Ethiopie, leurs chers enfants et les sœurs de la Charité. Ce sera leur dernière année avant longtemps, car il leur sera difficile de réitérer l’expérience, tant qu’ils auront des enfants en bas âge. Ils en ont eu quatre !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]