Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Le père Jacques Hamel bientôt béatifié ?

Picasa
Partager

L’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, l’envisage sérieusement. Le Pape lui a demandé et répété « Faites-le vénérer ! ».

« La béatification du père Jacques Hamel ? Si je n’y pensais pas je serais sourd ! », a déclaré avec humour Mgr Dominique Lebrun, lors d’une conférence de presse, aussitôt après la messe du pape, ce 14 septembre au matin, à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, en hommage au prêtre assassiné, en juillet dernier. Plus tard dans la matinée, l’archevêque de Rouen a de nouveau salué le Pape après l’audience générale place Saint-Pierre, où le Saint-Père lui a demandé et répété : « Faites-le vénérer ! ».

L’archevêque a raconté comment le Pape avait demandé que la photo du père Jacques Hamel soit posée sur l’autel où le Souverain pontife célébrait la messe : « J’ai été chercher la photo dans mon sac, et tout de suite le Pape a dit à son secrétaire : “Posez-la sur l’autel !” ». « C’est déjà un grand signe… », a-t-il commenté.

Bréviaire du père Hamel exposé à Rome

Lors de la conférence de presse, rapporte l’agence I-media, l’archevêque de Rouen était entouré de la sœur du père Jacques Hamel, Roselyne, et de deux pèlerins normands, Alain et Françoise, venus en pèlerinage à Rome et Assise (Italie) dans le cadre de l’année sainte de la Miséricorde. Demain, 15 septembre, le bréviaire du père Hamel sera déposé symboliquement en l’église Saint-Bartholomée, à Rome. Église confiée par Jean Paul II à la communauté Sant’ Egidio et consacrée aux nouveaux martyrs du XXe et XXIe siècle.

« Le père Hamel est un martyr ! », le Pape l’a dit au cours de son homélie, et son martyre, a-t-il fortement insisté, « il l’a accepté comme le Christ à l’autel, donnant sa vie pour ne pas renier Jésus ».

Démarche complexe mais plus rapide

La démarche vers la béatification du père Hamel, si elle a bien lieu, devra suivre le processus habituel, à partir du diocèse de Rouen. Un processus qui devrait prendre plusieurs années, même si la procédure est plus simple quand il s’agit d’un Serviteur de Dieu mort « en haine de la foi », comme ce fut le cas du père Hamel. La béatification d’un martyr ne requiert pas de miracle car le martyre témoigne déjà d’une aide spéciale reçue de Dieu.

Pour en savoir plus, cliquer sur la réponse de Mgr Jacques Perrier à la question : comment les « bienheureux » et les « saints » sont-ils reconnus et proclamés ?