Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La balade de l’Histoire. 19e étape : Clermont-Ferrand

Bonhomme Michelin Bibendum, Clermont-Ferrand, 2 octobre 2015 ©THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Bonhomme Michelin Bibendum, Clermont-Ferrand, 2 octobre 2015 ©THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Partager

Aleteia vous emmène à la découverte des lieux insolites qui ont fait l'Histoire de France.

Fondée en 1889 par les frères Michelin, André et Édouard, l’entreprise s’est imposée comme l’un des champions du pneumatique. C’est la seule entreprise du CAC 40 à ne pas avoir son siège social en région parisienne. Grâce à l’inventivité des frères fondateurs et de leurs successeurs, Michelin a diversifié ses produits pour devenir une entreprise majeure de la culture française. On lui doit le guide rouge, le guide vert et le célèbre bonhomme Michelin, Bibendum, connu dans le monde entier.

Des usines qui marquent Clermont-Ferrand

Les frères Michelin installent leur entreprise près de la place des Carmes de Clermont-Ferrand. Cent-vingt ans plus tard, le siège social est toujours situé au même endroit. Michelin marque profondément la culture de la ville et contribue à en dessiner l’espace et la culture. De nombreux logements sont créés pour les salariés, ainsi que des écoles et des lieux de sport et de détente. C’est le début de la compréhension de la responsabilité sociale de l’entreprise et de son rôle majeur pour le bien-être de ses salariés. En 1911, Marcel Michelin fonde l’ASM et un stade destiné à recevoir les matchs, où l’équipe se produit toujours à domicile. Les rampes d’essayage des pneus sont visibles depuis l’autoroute et donnent un bref aperçu de la haute technicité de ces objets.

Concepteur de pneumatique

Michelin, c’est d’abord des pneus. L’entreprise est liée à l’invention de l’automobile et à l’accroissement des transports. Société industrielle, Michelin est également une société de service : proposer à ses clients des facilitations de voyage, que ce soit dans des pneumatiques de qualité ou des guides et des cartes qui permettent de se repérer. C’est l’une des entreprises qui, sans que l’on s’en rende compte, a le plus modifié les habitudes de vie des Français.

On doit à Michelin l’invention du pneu démontable de bicyclette (1891), du pneu avec chambre à air incorporée (1930), du pneu radial (1946) et, plus récemment, du pneu qui s’adapte à la fois aux conditions hivernales et estivales. Dans les années 1930 sont mises au point les célèbres michelines : des autorails sur pneumatique, dont le nom a subsisté à la disparition du véhicule.

Organiser la route

Moins connu, mais tout aussi utile, est l’effort de Michelin pour quadriller la route et faciliter le repérage des automobilistes. L’entreprise installe des bornes routières sur le bord des voies ainsi que des panneaux indiquant l’entrée dans les communes et des panneaux signalétiques. Ce sont les premiers panneaux signalétiques en France, créés par une entreprise privée, avant que l’État ne s’occupe de la signalisation routière. Ces panneaux sont en lave émaillée (présence des volcans d’Auvergne oblige) sur un support en béton armé. Tous n’ayant pas disparu, on peut encore en croiser le long des routes.

Planifier les voyages

Michelin est aussi l’inventeur des guides touristiques, les célèbres guides rouge et vert. Le guide rouge, créé en 1900, indique les bons restaurants et les meilleurs hôtels, permettant à l’automobiliste de se repérer dans des régions qu’il ne connaît pas forcément. C’est le premier guide gastronomique français. En relisant les numéros sur plus d’un siècle d’histoire, on mesure les évolutions techniques de la France. Les premiers guides indiquent les épiciers qui vendent de l’essence en bidon, les hôtels équipés d’eau chaude puis de chauffage central et enfin du wifi gratuit. En décernant des étoiles, les guides Michelin ont aussi contribué à améliorer la gastronomie française en aiguillonnant les chefs et les créateurs.

Les guides verts permettent une appropriation de l’histoire et de la géographie de la France. Chacun connait ces lieux qui méritent le détour ou bien qu’il faut absolument visiter. Le guide vert à la main, le touriste prend avec lui une part de culture et cherche à véritablement comprendre les lieux qu’il traverse. A la suite de ce guide, de nombreuses autres marques ont vu le jour.

Nunc est Bibendum !

Et maintenant il faut boire, comme le pneu Michelin qui boit la route et les obstacles. Le bonhomme Michelin composé de pneumatique et dénommé Bibendum est un des logotypes le plus connu au monde. C’est le dessinateur O’Gallop qui en a dessiné les courbes dans les années 1890, à la demande d’André Michelin. Bibendum se retrouve sur les guides, dans des affiches, des panneaux et dans les publicités de la radio. Personnage sympathique et attachant, il donne une image très positive de la marque Michelin et contribue à l’ancrer dans la culture populaire.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]