Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Sur cette Pierre, je bâtirai mon pays

Village de Maaloula, en Syrie. © Arthur Herlin
Partager

L'ONG Al Sakhra ("la pierre" en français), mobilise des acteurs de la société civile syrienne en faveur des plus nécessiteux.

Ils sont avocats, dentistes, professeurs, gynécologues, ou encore ingénieurs… Tous Syriens, ils ont choisi de réunir leurs compétences au sein d’une association pour venir en aide à leur pays. Baptisé Al Sakhra (la Pierre), ce projet a été créé par Nadine Sayegh une Syrienne francophone. Arrivée à 13 ans en France dans les années 1980, la melkite-catholique est retournée en Syrie après ses études. Là-bas, elle est devenue professeure d’espagnol au lycée français Charles de Gaulle de Damas. Lorsque la guerre a éclaté, et après que son lycée ait été la cible des mortiers, sa famille l’a convaincue de cesser les cours.

Il y a trois ans quasiment jour pour jour, la prise du village de Maaloula par les islamistes d’Al Nosra lui fait l’effet d’un électrochoc et la pousse à agir en faveur des chrétiens à travers le pays, victimes du terrorisme islamique. Elle créé alors l’association Al Sakhra, une pierre sur laquelle elle ambitionne, avec douze autres membres de la société civile, de reconstruire la société syrienne : son éducation, son patrimoine, ses entreprises. « Au départ nous soutenions exclusivement des chrétiens. Puis, au fur et à mesure, de nombreux musulmans se sont retrouvés dans nos valeurs, plus que dans celles de leur propre milieu, nous avons donc choisi de soutenir tout Syrien qui se tourne vers nous », confit Nadine Sayegh.

Délivrer toujours plus d’autonomie

Première étape, soutenir les initiatives professionnelles afin d’offrir un revenu aux familles : « Notre conception de l’assistance humanitaire ne laisse pas de place au don gratuit, à aucun moment il n’est question de financer directement les familles ou bien de leur distribuer des vivres. Nous tenons au contraire à leur donner les moyens de vivre de façon autonomes. C’est ainsi que nous avons créé une petite usine de production de savons, mais aussi un atelier de bougies. Nous essayons de produire uniquement des biens consommables non-périssables », explique-t-elle.

Une corbeille de savons produite avec l'aide de l'association
© Al Sakhra
Une corbeille de savons produite avec l'aide de l'association

Dans un même registre, elle met en place avec ses associés une aide destinée aux étudiants : elle concerne aujourd’hui pas moins de 1100 étudiants. « Nous leur mettons à disposition du matériel, cartables, blouses, vêtements de sport et autres fournitures spécialisées suivant leurs études. Le tout équivaut en moyenne à 100 euros par jeune », se félicite-t-elle.

Troisième grand projet de l’association, la culture et le patrimoine. Il y a quelques mois, l’ONG a acquis un bâtiment très ancien de trois étages, pour y distribuer des cours d’artisanat en partenariat avec l’association SOS chrétiens d’Orient. Le bâtiment va être inauguré à la fin du mois de septembre et permettra de dispenser des formation pour apprendre à travailler de manière traditionnelle notamment le carrelage, la boiserie, la maçonnerie. Contre leur apprentissage, les élèves pourront aider à la restauration du reste du bâtiment.

Actuellement à Paris, Nadine Sayegh entend mieux faire connaître l’ONG en France, vendre des produits issus des entreprises qu’elle soutient mais aussi susciter de nouveaux parrainages.

Pour soutenir l’association Al Sakhra, acheter des produits locaux ou simplement obtenir plus d’informations, contactez Nadine Sayegh par mail (n.zelhof@gmail.com) ou par téléphone (07 81 55 65 47 ).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.