Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « Non à l’utilisation de Dieu pour justifier haine et violence »

© Antoine Mekary / ALETEIA
Partager

A l’audience générale, nouvelle mise en garde du Souverain Pontife contre ceux qui véhiculent de fausses images de Dieu.

Certains « réduisent Dieu à une fausse idole en utilisant son Saint nom pour justifier leurs intérêts personnels, leur haine ou la violence », a encore une fois dénoncé le pape François au cours de l’audience générale place Saint-Pierre, ce mercredi 7 septembre. « Le risque pour d’autres, a-t-il déploré, c’est que Dieu soit seulement un refuge psychologique pour les rassurer dans les moments difficiles ».

Les fausses images de Dieu

Plus de 25 000 pèlerins étaient présent au grand rendez-vous hebdomadaire, pour écouter la catéchèse du Saint-Père centrée sur la miséricorde dans le Nouveau Testament. Non à « une foi bricolée », a-t-il dit, qui fausse l’image de l’amour de Dieu, qui oublie ou se scandalise face à la miséricorde. Car il s’agit « d’une foi renfermée », imperméable à la force de l’amour miséricordieux de Dieu », qui rend incapable de « goûter » à sa bonté, à sa « réelle présence », et de « se convertir vraiment ». Non, a-t-il ajouté, à une foi qui se cantonne à « l’espace limité de nos propres désirs et convictions ».

La conversion par la bonté

Le Souverain Pontife est parti de l’épisode de l’Évangile de Mathieu parlant de Jean-Baptiste qui attendait « un messie juge qui aurait récompensé les bons et châtié les méchants » et s’est retrouvé face à un Jésus qui « manifeste la justice de Dieu en étant l’instrument concret de la miséricorde du Père, portant à chacun salut et consolation ». Dieu, assure le Pape dans ses propos rapportés en français, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour « punir les pécheurs et supprimer les méchants », mais pour « les inviter à la conversion à la vue des signes de la bonté divine ». Heureux donc ceux qui, « devant les gestes et les paroles de Jésus, rendent gloire au Père qui est aux cieux », a-t-il ajouté, mais gare à ceux dont « les œuvres de miséricorde » seraient au contraire « un obstacle à la foi », un objet de « scandale ».

A l’image de Mère Teresa

Au terme de sa catéchèse, rapporte l’agence I-Media, dans ses salutations aux jeunes, aux malades et aux jeunes époux, le chef de l’Église catholique est revenu sur la canonisation de Mère Teresa, le 4 septembre dernier. Aux jeunes, il a demandé de devenir « des artisans de miséricorde » à l’image de la nouvelle sainte ; aux malades de « sentir sa proximité pleine de compassion »; et aux jeunes époux d’invoquer son nom pour que « l’attention envers les plus faibles » ne manque jamais au sein des familles.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]