Aleteia

Que faire quand le couple traverse les ténèbres ?

Partager
Commenter

Indice : imaginez la fidélité de Mère Teresa dont la "nuit de la foi" a duré 50 ans...

« On divorce par honnêteté, parce qu’on ne s’aime plus. » Vous avez déjà entendu cette phrase. Ça paraît assez logique, c’est quand même bien de vouloir être honnête, non ?

Et puis soudain, l’Église canonise une petite bonne bonne femme et vous apprenez deux ou trois choses sur sa vie, dont une, totalement incompréhensible aux yeux des hommes. Sainte Mère Teresa a vécu 50 ans, oui 50 ans de nuit de la FOI. Pendant un demi siècle elle n’a pas douté de l’existence de Dieu, mais n’a absolument rien ressenti en elle-même.*

Pourtant, elle n’a pas « divorcé », elle n’a pas quitté son ordre pour erreur d’orientation, demandé à être relevée de ses vœux. Elle est restée fidèle. Je m’arrêterai là dans la comparaison, de peur de trahir ou de vouloir récupérer, pour une cause qui m’est chère – celle du couple durable – cette femme extraordinaire.

Ne confondez pas l’amour et le sentiment amoureux

Je me tourne maintenant vers vous qui peinez dans votre vie conjugale, qui ne ressentez plus d’amour pour votre conjoint ou inversement. Je compatis à votre tristesse, votre découragement, votre incompréhension, votre déception, vos doutes légitimes. Comme vous je crois que nous sommes créés pour être heureux, mais que le risque est grand de se tromper de chemin, avec une confusion de vocabulaire prompt à provoquer une erreur d’aiguillage et qui conduit dans le mur.

Il y a aussi la fausse conception de l’amour, tant répandue, qui crée de la confusion et du malheur parce qu’elle vend du rêve. Ne confondez pas aimer et le sentiment d’aimer. Le sentiment amoureux a la beauté et parfois la fugacité d’un coucher de soleil. Il dépend assez peu de nous en somme. On aurait aimé qu’il dure, il n’est plus là.

Ce qui fait la beauté de la vie conjugale et l’héroïsme de ceux qui le pratiquent, c’est la volonté d’aimer. Celle là ne dépend que de vous. Elle s’entraine dès le plus jeune âge, quand on donne son goûter à son copain à l’école, adolescent lorsqu’on fait du bénévolat pendant ses vacances et pas juste une virée de copains, et se fortifie à chaque épreuve où vous avez tenu bon, comme un marin aguerri qui peut entreprendre de longues traversées.

Il y a bien sûr aussi, pour ceux qui l’ont reçu, la mise en perspective que donne le sacrement de mariage, qui est toujours à découvrir, à expérimenter. Dieu ne vous lâchera jamais.

Tenez bon

Alors ne cédez pas à la facilité si le sentiment amoureux n’est plus là, mettez en route votre deuxième moteur conjugal, celui de la volonté. Volonté de durer, et de demander avec humilité de l’aide : il n’y a jamais eu autant de lieux de formation ou de « service après vente » de la vie de couple !

Tenez bon, comme Sainte mère Teresa, et agissez,  pour que vos nuits affectives ne sonnent pas le glas d’une relation qui pourrait rester vivante.

 

* Mère Teresa meurt à Calcutta le 5 septembre 1997 à l’âge de 87 ans. Dix ans plus tard on apprendra que pendant un demi-siècle, la religieuse a traversé ce qu’elle nomma ses «ténèbres». Elle ne doutait pas de l’existence de Dieu mais elle ne ressentait absolument rien en elle-même. Une sorte de foi à l’état pur sans «consolations» comme disent les mystiques qui appellent cela, «la nuit de la foi», un phénomène connu chez les très grands saints. Ce sont 40 lettres de Mère Teresa, publiés en 2007 qui en attesteront.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]