Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Fabrication des hosties : les boulangères du bon Dieu

© Sébastien Désarmaux / Godong
Hosties.
Partager

Le pain des anges est fabriqué par des congrégations de religieuses.

Avant que le prêtre ne prononce les paroles de la Cène, et que le pain soit changé en divin corps du Christ, par le miracle de la transsubstantiation, ne vous êtes-vous jamais demandé d’où venait ce pain, ces petits ronds blancs que l’on reçoit pieusement le dimanche comme aliment sacré ? Nous nous sommes renseigné pour vous afin de devenir incollables sur le sujet ! Car bien qu’on l’appelle dans les cantiques le panis angelorum, ce ne sont pas les anges mais bien de bonnes âmes dévouées qui vous assurent des ciboires pleins lors des saints offices.

Fabrication

Ce sont les congrégations de religieuses contemplatives qui s’adonnent à la confection du pain des anges ! Une trentaine de monastères en France vivent de cette activité, en sorte que ces bonnes âmes, dont le quotidien consiste à prier pour le salut des autres, ne sont jamais inactives ! Ce travail permet à ces monastères d’être encore là depuis leur fondation. Avant la Révolution, les religieux n’étaient pas les seuls à vivre de cet artisanat, c’était un métier : celui des oubloyers ou oublieurs (du nom de l’oubli, pâtisserie médiévale ronde et plate).

Composition

Le pain des hosties est exclusivement composé d’eau et de farine, comme le demandent les normes de l’Église. La pâte issue de ce mélange est cuite en forme de large plaque rectangulaire et fine. Une fois cuites, ces plaques sont sèches et cassantes, elles sont donc placées dans un humidificateur pendant une nuit entière avant de pouvoir être travaillées. Les plaques sont ensuite empilées avant de se laisser découper (à la machine) en petits cercles parfaits. Seules les grandes hosties sont encore découpées entièrement à la main ! Elles sont ensuite mises à sécher avant d’être rangées soigneusement. Les inscriptions que l’ont peut trouver sur les hosties sont très limitées : on ne trouve que IHS ou IHC (monogrammes désignant le Christ).

Les hosties sans Gluten

Oui, l’Église s’adapte aux besoins de ses fidèles ! L’intolérance au gluten faisant fureur par les temps qui courent… Ces hosties ne sont pas à proprement parler privées de toute trace de gluten, sans quoi le pain serait dénaturé. L’Église s’oppose férocement à ce type de fabrication qu’elle juge non valide. Elle tolère en revanche, en cas de nécessité, les hosties fabriquées par le Carmel de Chambéry qui ne contiennent que 0,01% de gluten, soit le minimum pour permettre la panification.

Pour ceux qui seraient absolument interdits de toute trace de gluten pour des raisons de santé sérieuses, il reste la communion sous l’espèce du vin ! Oui, cela peut se demander, pour des raisons valides (rappelons que le rite catholique oriental fait communier ses fidèles sous les deux espèces).

Il semble qu’à l’heure actuelle, le manque de fidèle et la concurrence étrangère (Pologne en particulier), rendent précaire la situation des monastères qui vivaient jusqu’à présent de cet artisanat. Pensez à demander si votre paroisse utilise des hosties confectionnées par nos bonnes religieuses françaises ! Et si cet article ne vous a pas suffit, vous pouvez satisfaire votre curiosité sur le sujet en achetant le DVD « Les boulangères du Bon Dieu », en vente ici !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]