Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Où va-t-on ce week-end ? À la Citadelle de Besançon

© ARNAUD25 CC
Partager

Aleteia a dégoté pour vous les meilleures adresses en France pour passer un séjour mémorable.

De quoi s’agit-il ?

D’un saut en Franche-Comté, au pays des montres, du fromage et de vins étonnants comme le vin de paille. Il s’agit ici d’un périple à l’époque du roi Louis XIV où Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban (1633-1707), fortifia la ville de Besançon. On peut admirer aujourd’hui cette citadelle qui est considérée comme l’une des plus belles de France. À raison, tant cet ouvrage militaire qui s’étend sur 12 hectares et ses 25 bâtiments est en très bon état mais aussi parce que son panorama est spectaculaire, notamment cette ville de Besançon qui repose à ses pieds, 100 mètres plus bas, dans un méandre du Doubs. Classée au titre des monuments historiques en 1942, la citadelle a été acquise par la ville en 1959 et ouverte au public la même année. Elle abrite le Muséum d’histoire naturelle et ses espaces animaliers variés, le Musée Comtois et le Musée de la Résistance et de la Déportation.

Qu’est-ce que cela n’est pas ?

Il ne s’agit pas d’un site militaire encore en activité : pas de caserne ici, ni de soldats. Ce n’est pas non plus un site avec de multiples animations avec comédiens en costumes, feux d’artifices et coups de canons.

À quoi cela sert-il ?

À voir un exemple brillant de l’architecture militaire du XVIIe siècle et à tenter de comprendre comment on se défendait à l’époque grâce à ces trois fronts bastionnés, ces murailles à flancs de falaise, ces chemins de ronde et ces corps de garde en forme de guérites. Vauban a aussi doté la citadelle de casernements, magasins, arsenal, puits, chapelle, logis du gouverneur. Les remparts sont longs de 1,8 kilomètres, hauts de 15 à 20 mètres et épais de 5 à 6 mètres. Il y a aussi 550 mètres linéaires de chemins de ronde. Le tout n’étant accessible que par une seule porte. Cela vaut le détour !

Qui en est à l’origine ?

Déjà à l’époque gallo-romaine, la position de la ville en avait fait une capitale régionale. Au XVe siècle, les fortifications médiévales atteignirent leur plus grande extension, multipliant tours et courtines. Au XVIe siècle, sous le règne de Charles Quint, de nouveaux remparts doublèrent l’ancienne ligne de défense du XIIe siècle. En 1595, le risque d’une guerre contre la France entraîna la construction d’un bastion aux imposantes dimensions sur le point culminant des remparts de la rive droite. La ville fut occupée une première fois par la France de février à juin 1668. Vauban fut alors mandaté par Louis XIV pour construire une citadelle sur le mont Saint-Étienne. Projet interrompu par le Traité d’Aix-la-Chapelle qui obligea la France à restituer la cité à l’Espagne. Mais les Espagnols poursuivirent le chantier avant que la France ne récupère la ville et que Vauban ne poursuive son œuvre.

Est-ce catholique ?

Non. Hormis la chapelle bien sûr.

À qui est-ce destiné ?

L’entrée du site est strictement interdite aux animaux domestiques (exceptés chiens d’aveugle). En revanche, le site est destiné à toute la famille. Chacun devrait trouver un intérêt dans la visite du site fortifié mais aussi dans celle d’au moins un des trois musées. Pour information, le Muséum compte 530 000 herbiers ; le Jardin zoologique 550 animaux (soit 80 espèces dont 70% en voie de disparition) ; le Musée Comtois expose 5% de ses 98 000 pièces ; le Musée de la Résistance et de la Déportation compte 120 000 pièces dont 500 œuvres dites « d’art concentrationnaire »…

Est-ce bien ?

Oui car ce site, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008, vaut vraiment le coup d’œil et aide à mieux apprendre l’Histoire de France en l’ayant sous les yeux. 300 000 personnes le visitent chaque année, ce qui en fait le premier site culturel et touristique du Centre Est de la France. Enfin, la qualité et la richesse de ses musées sont reconnues par le label « Musées de France ». À noter que les visiteurs bien chaussés pourront aussi apprécier les jolies promenades qui mènent au site et profiter pleinement des panoramas sur la vieille ville et la boucle du Doubs.

Est-ce cher ?

Les tarifs en vigueur jusqu’au 31/12/2016 donnent accès à l’ensemble du site, des musées et espaces animaliers. Pour les adultes, entre 8,50 et 10,60 euros ; pour les enfants de 8 à 17 ans : 8,50 euros ; de 4 à 7 ans : 5 euros ; pour les moins de 4 ans : gratuit. Un tarif qui paraît normal pour la demi-journée qu’il faut compter pour vraiment parcourir le site en visite libre. Les plus rapides auront tout de même besoin d’y consacrer deux heures au minimum.

Est-ce loin ?

La grande ville la plus proche de Besançon est celle de Dijon, située à 93 kilomètres. À l’inverse, la plus éloignée est celle de Brest qui se trouve à 956 kilomètres. Lyon est à 227 kilomètres , Paris à 410 kilomètres et Marseille à 538 kilomètres.

Quand s’y rend-on ?

Tous les jours de l’année sauf le 25 décembre et le 1er janvier. Attention, la billetterie ferme trente minutes avant la clôture du site tandis que les animaux du Jardin zoologique commencent à être rentrés une heure avant la fin de la visite. Site ouvert de 10h à 17h en basse saison et de 9h à 19h en haute saison.

La cerise sur le gâteau ?

À partir de mai et jusqu’à fin août, des visites commentées ou animées permettent de découvrir et comprendre cette place forte, l’ingénieur Vauban, son œuvre, son siècle… Veillez à participer à celle où un comédien incarne Vauban !

Le bon plan ?

Trois bons plans ! Pour visiter sans attendre à la caisse, possibilité d’acheter son billet à l’Office de Tourisme et des Congrès de Besançon, au Parc Micaud, ou directement en ligne sur le site. Vous pouvez aussi profiter du Pass journée famille (2 adultes + enfants sans limitation) à 32  euros. Notez enfin que les 17 et 18 septembre, ce seront les Journées européennes du patrimoine et le site sera ouvert gratuitement, avec un programme d’animations spécialement concoctées pour l’occasion.

Un site (pour ceux qui ont besoin de voir pour y croire) : http://www.citadelle.com/fr/
Un livre : Citadelle de Besançon (Édition Ouest France)
Un téléphone (pour ceux qui ont besoin d’entendre pour y croire) : 03 81 87 83 33
Une adresse spatiale (pour le GPS) : N 47°13’55 » et E 6°1’54 »
Une adresse postale (pour vous) : La Citadelle/ 99 Rue des Fusillés/ 25000 Besançon

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]