Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Colombie : « Aujourd’hui s’achèvent les souffrances et les tragédies de la guerre »

© YAMIL LAGE / AFP
FARC-EP Commander Ivan Marquez flashes the V sign after the signing of the agreement at the conclusion of the peace talks at the Convention Palace in Havana, on August 24, 2016, next to Norway's guarantor for the peace talks, Dag Nylander (L), Cuban Foreign Minister Bruno Rodriguez and Colombian government head of delegation Humberto de la Calle (R).
Colombia's government and FARC rebels announced Wednesday that they have reached a historic peace accord to end their half-century civil war, the last major armed conflict in the Americas. / AFP PHOTO / YAMIL LAGE
Partager

Un accord historique a été conclu entre la guérilla des Farc et le gouvernement colombien, salué par le clergé du pays.

Ce jeudi 25 août, le président colombien Juan Manuel Santos transmet au Parlement le texte d’un accord en six points conclu avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Connues en France pour l’enlèvement d’Ingrid Betancourt et sa longue captivité, elles ont participé à un conflit d’un demi-siècle, qui a causé la mort de 260 000 personnes et 45 000 disparus. C’est le principal groupe de rebelles dans le pays.

« La paix commence aujourd’hui »

« Aujourd’hui s’achèvent les souffrances et les tragédies de la guerre », assure Juan Manuel Santos. L’accord prévoit que les Farc déposeront leurs armes et retourneront à la vie civile. Cette réussite doit être vue comme « l’engagement d’un pays tout entier », selon l’évêque de Cutuca, Mgr Ochoa. Il salue la décision prise par le peuple colombien de voter « oui » au référendum organisé par le gouvernement et proposant de ratifier un accord de paix entre le gouvernement et les Farc. La conférence épiscopale colombienne a applaudi de son côté un « évènement historique » qui doit à présent être suivi d’effets, dans un pays marqué par une insécurité constante.

Panser les plaies

Le communiqué des évêques invite le gouvernement à « offrir une pédagogie pour la paix, une information claire et authentique afin de surmonter les doutes face à cette décision ». Certains Colombiens, victimes de la guerre, craignent en effet de ne pas obtenir justice en raison de ces nouveaux accords. Parmi eux, Silvio Hernandez, père d’un soldat tué par les Farc, témoigne : « Les Farc ne vont pas payer pour l’assassinat de mon fils. C’est bien que nous parvenions à faire la paix, mais cela me laisse plein de doutes ».

Drogues et guerres intimement liées

La question du trafic de stupéfiants, source principale de financement pour les Farc, demeure en suspens. Les barons de la drogue et les chefs des Farc sont liés, quand ils ne sont pas directement les mêmes personnes. Ainsi le chef des Farc, qui se fait appeler Timochenko, serait aussi un trafiquant de cocaïne selon le Département d’État des États-Unis, qui propose une récompense de cinq millions de dollars pour sa capture. Drogues et guerres sont intimement liées en Colombie, où les régions productrices de cocaïne ont été les théâtres d’opérations les plus importants.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]