Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 19 avril |
Saint Léon IX
home iconBest of Aleteia
line break icon

Pour Michael Phelps, tout cet or ne pouvait briller sans Dieu

AFP

Philip Kosloski - Aleteia USA - Publié le 16/08/16

Ni les médias ni les médailles n’ont réussi à combler son vide intérieur et à le détourner de ses pensées suicidaires.

Le nageur vedette Michael Phelps, l’athlète le plus médaillé de tous les JO, a failli commettre une tentative de suicide il y a deux ans. Depuis quelques années, ses prouesses sportives et son succès l’ont placé sous les projecteurs des médias, qui l’ont vénéré comme un dieu ; cependant, Phelps a du mal à être en paix avec lui-même.

10 août 2016, lors des JO à Rio. Le nageur américain Michael Phelps au 200 mètres 4 nages individuel masculin. © AFP PHOTO / Martin BUREAU
AFP
10 août 2016, lors des JO à Rio. Le nageur américain Michael Phelps au 200 mètres 4 nages individuel masculin. © AFP PHOTO / Martin BUREAU

À l’époque, il cherche à combler son vide et sa douleur avec des drogues et de l’alcool, l’emportant dans une spirale destructrice. En 2009, il est suspendu de natation pendant trois mois, après qu’une photo de lui utilisant un bang a fait le tour du net ; cela ne l’empêche pas pour autant de continuer à faire la fête. La situation empire même, aboutissant à sa deuxième arrestation pour conduite en état d’ivresse en l’espace de dix ans.

Phelps est au plus bas. Les jours suivant son arrestation, il s’isole et continue de boire.

Dans une interview avec ESPN, il avoue : « Je n’avais aucune estime de moi. Je pensais ne rien valoir, et que le monde se porterait mieux sans moi. Je me suis dit que la meilleure chose à faire était de me tuer ».

Ses médailles d’or n’ont pas su le consoler : il ne trouvait plus de sens à la vie.

Le chemin de la guérison

La providence fait que sa famille et ses amis réussissent à le convaincre de se faire admettre dans un centre de réhabilitation pour chasser ses démons. Si, au début, il ne veut rien entendre, il finit par accepter son sort et prend le chemin de la guérison.

Phelps emporte avec lui le livre The Purpose Driven Life de Rick Warren. C’est Ray Lewis, l’ancien défenseur de deuxième ligne des Ravens de Baltimore, qui le lui avait donné. Non seulement Phelps le lit, mais il le prête aussi à d’autres patients, qui le surnomment « Michael le Prêcheur ».

Il remercie par la suite Lewis pour ce livre : « Ce livre est délirant ! Tout ce qui s’y passe… Oh mon Dieu… Je ne te remercierai jamais assez. Tu m’as sauvé la vie ». Dans une interview , Phelps explique : « Ce livre m’a incité à croire en une force supérieure. Il m’a montré que j’avais ma place sur terre ».

Les médias passent, la foi reste

Les athlètes embrassent leurs médailles, preuves de leur dur travail. Mais l’attention des médias ne dure qu’un temps. Alors que la foi repose sur l’amour, qui aide à retrouver perspective et équilibre. En plus d’avoir trouvé la foi pendant sa cure de désintoxication, Phelps admet que ses troubles étaient en grande partie dus à l’absence de son père. Ses parents ont divorcé quand il avait neuf ans, et c’est pour combler ce vide qu’il a commencé à nager. Une fois l’eau conquise, la douleur a refait surface.

Lors de la semaine de la famille au centre, Phelps a repris contact avec son père, ce qui a aidé à sa guérison. Il se sont enlacés pour la première fois depuis des années, et cela a aidé Phelps à aller de l’avant.

« J’ai réalisé ce qu’était vraiment l’amour »

Quelques mois après sa cure de désintoxication, Phelps demande sa petite amie Nicole Johnson en mariage. Il sont maintenant fiancés et se marieront après les JO.

Peu après cette demande, ils découvrent que Nicole est enceinte : la naissance de leur premier garçon est alors un tournant décisif pour Phelps.

En prenant son bébé dans les bras pour la première fois, Phelps pleure. Il confie à ESPN : « Je suis resté là sans voix. Je ne pensais pas être si sensible, mais cela m’a frappé : “C’est notre fils”. J’ai réalisé ce qu’était vraiment l’amour ».

Face à cette nouvelle responsabilité familiale, cette compétition aux JO pourrait bien être sa dernière. Phelps a dit qu’il comptait prendre sa retraite. Cependant, il a récemment annoncé dans une interview : « Je préfère vous dire, pour que vous ne me discréditiez pas si je revenais dans la compétition, que ce sont probablement mes derniers JO. J’ai hâte de pouvoir partager avec mon fils ce qui sera potentiellement ma dernière course ».

9 août 2016, lors des JO à Rio. Le nageur américain Michael Phelps assiste à la cérémonie de remise des prix du 200 mètres 4 nages individuel masculin. Il a remporté la médaille d'or avec un temps de 7 minutes et 0,66 secondes. © CHINA OUT
NurPhoto

9 août 2016, lors des JO à Rio. Le nageur américain Michael Phelps assiste à la cérémonie de remise des prix du 200 mètres 4 nages individuel masculin. Il a remporté la médaille d'or avec un temps de 7 minutes et 0,66 secondes. © CHINA OUT

Avec la grâce de Dieu, Phelps a été sauvé du gouffre et ramené à la vie. Il n’est peut-être pas parfait, mais sa nouvelle foi chrétienne l’a conduit vers une nouvelle voie. Son succès l’emmène encore sur les podiums, et les médias continuent de le vénérer comme un dieu, mais cette fois-ci Phelps sait qui il est et ce qu’il vaut. Il comprend que les médailles d’or, quel que soit leur nombre, n’ont pas le pouvoir de le sauver.

Tags:
conversionFoijeux olympiquessuicide
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
2
WEB2-Quentin-Bernier-Gravat-VILLE-DE-VINCENNES.jpg
Agnès Pinard Legry
Vincennes : l’élu avait aussi l’Ordre de Malte dans l...
3
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
4
WEB2-LES-FRANGINES-YOUTUBE.jpg
Bérengère Dommaigné
« En quelques secondes, tu fais pleurer le monde », Les Frangines...
5
Funeral of Prince Philip
Marzena Devoud
L’adieu de la reine Elizabeth à son époux
6
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
7
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement