Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
home iconBest of Aleteia
line break icon

École hors contrat : témoignage de l’intérieur

Getty Images

Charles Rouvier - Publié le 16/08/16

Là où l'éducation nationale prétend exceller, cette école est cent fois meilleure.

Avec la loi à venir sur l’éducation, le gouvernement veut mettre sous tutelle les écoles hors contrat, qui réussissent pourtant bien mieux dans tous les objectifs que se fixe le public, et je parle ici d’expérience.

J’ai en effet passé les trois dernières années du secondaire dans un internat catholique hors contrat tenu par des prêtres. Et j’ai pu constater une chose : c’est que là où l’éducation nationale prétend exceller, cette école était cent fois meilleure.

Une mixité sociale sans pareille

Là où j’étais, je n’ai jamais vu un mélange social et géographique aussi réussi. Dans les classes, il y avait autant des paysans des environs immédiats de l’école que des héritiers de fortunes parfois immenses, en passant par la petite et haute bourgeoisie ainsi que par les aristocrates sans le sou. Il y avait des locaux, des Parisiens mais aussi des gens venant de Provence ou de Martinique ; il y avait même des Belges, des Anglais, des Américains et des Québécois ! Et tout ce petit monde ne faisait pas qu’assister aux mêmes cours car bien loin de vivre en tribu, ils se parlaient, jouaient, se liaient d’amitié, voir, pour certains, d’intérêts une fois la vie professionnelle commencée.

Une pédagogie individualisée

Nous avions avec nos professeurs une proximité presque d’oncles à neveux. Ils nous connaissaient, avec nos forces et nos faiblesses, nos ambitions, notre caractère et, sans qu’il fut besoin d’une circulaire du ministère, adaptaient leur notation, l’attention qu’ils nous portaient et leurs méthodes autant que possible. Par exemple, moi pour qui les mathématiques étaient un enfer, j’appris un jour que le directeur s’était entendu avec un professeur d’une autre classe pour me donner des cours particuliers. Pour cela nul besoin de s’inscrire dans un « module » en envoyant pièces justificatives en cours de validité à la scolarité et toutes les démarches administratives que vous pouvez imaginer. Le directeur décide, c’est appliqué, terminé ; et si cela ne marche pas, on arrête.

Une réelle transmission des savoirs

Nous apprenions en Histoire la grandeur de la France, la gloire des rois et le courage de nos soldats, nous lisions en Lettres de grands écrivains, Racine, Corneille, Molière, Pascale, Châteaubriant, Balzac. En philosophie surtout, c’était Aristote et Platon, puis Descartes, puis Thibon et seulement alors Sartre, qu’on ne pouvait plus guère que mépriser comme le dernier des escrocs après avoir lu tant de merveilles. Cela nous a structuré et édifié bien mieux que le surréalisme d’André Breton et les cours d’enfilages de préservatifs. Ne croyez pas, du reste, que cela nous pénalisait : nous avions 100% de réussite au bac presque chaque année et certains de nos camarades ont fait de fort belles études supérieures.

La véritable neutralité du service

Enfin, la neutralité. Cela vous surprend sans doute puisque la foi chrétienne était omniprésente. L’école n’est certes pas neutre dans ce qu’elle fait, mais dans ce qu’elle est : l’image vivante de la liberté scolaire qui permet de choisir comme on l’entend l’éducation que recevra son enfant. L’école publique, sous couvert de neutralité soumet en fait les chrétiens à une pression sociale constante, leur intimant de ne pas s’exprimer et de souffrir en silence les pires calomnies. Là-bas, nous pratiquions constamment et apprenions les articles de notre doctrine, pouvions en somme librement nous forger une âme qui plaise au Christ, cette fois dans la communion et non seulement dans l’adversité. Et si on ne voulait pas, personne ne nous interdisait d’aller dans le public. Qu’y-a-t-il de plus neutre que cela ? De plus, en y réfléchissant, la Vérité (alètheia, en grec, eh oui !), est objective, donc neutre, n’est-ce pas ?

Précisons que ces écoles coûtent un prix ridiculement bas en comparaison avec la plupart des écoles sous contrat, si bien que c’est pour les parents un investissement rentable pour l’avenir de leur progéniture. Cela vaut bien le coup de défendre cet avenir !

Tags:
ecoleÉducation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
3
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
4
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
5
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
6
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
7
POmpier Notre Dame de Paris
Timothée Dhellemmes
« D’en haut, on entend les chants » : des pompiers raconten...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement