Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Abandonner sa carrière pour servir les plus pauvres

© ODD ANDERSEN / AFP
A young girl plays with a balloon in the rubble where her family's house was flattened by an uprooted coconut tree during typhoon Haiyan on the outskirts of Tacloban on November 19, 2013. Some 600,000 survivors of a deadly typhoon that tore through the Philippines are yet to receive World Food Programme assistance, the body said on November 19, 11 days after the disaster struck. AFP PHOTO / ODD ANDERSEN / AFP PHOTO / ODD ANDERSEN
Partager

Lucie Taurine nous raconte, comme dans un journal de bord, ses trois ans de mission humanitaire aux Philippines.

Tout commence en Inde, en 2008. Jean-Marc Delaporte et son épouse Laure réaménagent une maison et son jardin dans leur petit village, après un tsunami qui a tout dévasté. Ces travaux encouragent alors leurs voisins indiens à retrouver espoir et à se remettre dans une dynamique de vie. Marqués par cette histoire, Jean-Marc et Laure décident de partir aux Philippines pour aider ceux qui sont exclus. Des volontaires les rejoignent pour les soutenir : c’est notamment le cas de Lucie Taurines, venue avec Fidesco, restée finalement trois ans en mission dans ce pays.

La troisième année est celle de la paix retrouvée 

Dans Marqués à vie : sortir de l’exclusion, Lucie Taurines raconte comme dans un journal de bord, son expérience comme volontaire aux Philippines. On découvre sa vie au jour le jour, l’évolution de son regard et de son action vis-à-vis des jeunes. Elle résume ainsi ces trois années de mission : « La première année a été l’année de la découverte, mes premiers pas dans l’inconnu… La deuxième année est à l’image de l’âge de raison. J’ai encore tant à apprendre, mais je suis enfin prête à écouter et à me mettre au service des autres…  La troisième année est l’année de la paix retrouvée, une année de grâces et de bienfaits ». C’est au cours de sa troisième année de mission qu’elle se mettra au service des autres volontaires, pour les aider à appréhender leur nouvelle mission auprès des jeunes.

Un témoignage à suspense 

Ce livre, racontant pourtant une histoire vraie, est plein de suspense. Comme dans un roman bien ficelé, l’envie nous prend de lire la suite, immédiatement, afin de découvrir les transformations de chacun des personnages.

Lucie était venue aux Philippines avec ses a priori, ses objectifs de rentabilité, on devine qu’elle va changer au contact des plus pauvres, et on a envie de savoir comment. On plonge dans ce pays des Philippines, on découvre ses habitants, leurs joies, les espoirs, la façon dont ils peuvent rebondir, même après les pires difficultés, la misère, les catastrophes climatiques.

Dans un style très vivant, au présent, Lucie nous fait découvrir peu à peu les personnalités des jeunes dont elle s’occupe, leurs réussites, leurs échecs aussi. Des photos nous montrent même leurs visages. Avec dynamisme et optimisme, l’auteur se donne pour qu’ils retrouvent confiance en eux. Alors qu’ils étaient dans la rue, après avoir connu de très lourdes souffrances, l’association les aide à trouver un travail, à retrouver le sens de l’argent, à acquérir une place dans la société. Lucie s’est laissé transformer par cette mission, et les jeunes Philippins, par son biais, ont également changé.

Une soif d’absolu

Cette expérience a fait grandir Lucie dans sa vie de foi. « Ici je me sens sans cesse accompagnée, mon cœur se consume d’un amour si brûlant dans cette mission auprès des pauvres que je suis sûre que Dieu est avec moi dans cette aventure, que je ne suis que son instrument. »

Ce livre, d’un prix modique, est une coédition des Éditions de l’Emmanuel et d’un organisme philippin qui a pour but d’aider les plus pauvres, et il est vendu au profit de cette association. En le lisant on peut avoir envie de se donner, de partir auprès des plus pauvres, en France ou ailleurs, de trouver un sens à sa vie. Lucie était commerciale, et promise à une belle carrière. Cependant elle avait une soif d’absolu, et c’est ce qui l’a fait partir en mission. Un exemple, peut-être, pour les prochains lecteurs de ce livre ?

Marqués à vie : sortir de l'exclusion © Éditions de l'Emmanuel
Marqués à vie : sortir de l'exclusion © Éditions Emmanuel
Marqués à vie : sortir de l'exclusion © Éditions de l'Emmanuel

Marqués à vie : sortir de l’exclusion de Lucie Taurines. Éditions Youth 4 change Network ; Editions de l’Emmanuel, 2016. 195 pages, 5 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]