Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « La miséricorde doit passer du cœur aux mains »

© ANTOINE MEKARY / ALETEIA
À l'audience générale
Partager

À l’audience générale, le Saint-Père appelle à franchir les portes saintes du jubilé comme un "point de rencontre entre la souffrance humaine et la compassion de Dieu".

« La miséricorde suit un chemin qui part du cœur et va jusqu’aux mains », a expliqué le pape François aux fidèles et pèlerins rassemblés dans la salle Paul VI pour la traditionnelle audience générale du mercredi. Car, dans le cœur, a-t-il précisé, nous recevons la miséricorde de Jésus qui « pardonne tout » et permet aux hommes de « se relever », les ouvrant à « une vie nouvelle » et à « la compassion ».

La veuve de Naïm

Lors de sa catéchèse, le Saint-Père est parti de l’histoire de la résurrection du fils de la veuve de Naïm, en Galilée, rapporté dans l’Évangile de saint Luc. Cet épisode révèle l’immense tendresse et miséricorde de Jésus, saisi de pitié pour une femme qui a perdu son mari et dont le fils, son seul fils, vient de mourir. « Cette femme qu’il trouve en larmes est entrée dans le cœur de Jésus » et « a guidé ses gestes à son égard », résume-t-il dans sa synthèse en français. Il lui a dit « Ne pleure pas ! », s’est approché de son fils mort, l’a ressuscité et le lui a rendu.

« Lève toi ! »

En cette année jubilaire, les chrétiens sont appelés à assimiler chaque porte sainte à la porte de la ville de Naïm, derrière laquelle se trouve la miséricorde de Dieu nous disant, comme au garçon qui était mort : « Lève-toi ! ». La porte sainte, a expliqué le pape, est « le point de rencontre entre la souffrance humaine et la compassion de Dieu ». Dieu qui se fait proche de chaque homme pour « le rencontrer et le consoler » et dont la puissante parole « Lève-toi ! » fait renaître à la vie, ouvre à l’espérance et à une vie au-delà de la souffrance et de la mort.

L’Église en sortie

Alors qu’il saluait plus particulièrement les pèlerins italiens, au terme de sa catéchèse, le pape François a cité l’exemple d’un évêque qui lui a expliqué récemment avoir ouvert deux portes saintes dans sa cathédrale : « l’une pour entrer, et l’autre pour sortir ». La première sert à recevoir « le pardon, la miséricorde de Jésus », et la seconde à « annoncer la miséricorde aux autres ». « Il est intelligent, cet évêque ! » s’est alors exclamé le pape dans un large sourire. Et d’encourager encore les fidèles avant de les quitter : « À notre tour, entrons dans l’Église par la porte de la miséricorde pour recevoir le pardon de Jésus, qu’il nous dise : “Va, lève-toi !”, et sortons annoncer la miséricorde. C’est cela une Église en sortie ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]