Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La balade de l’Histoire. 9e étape : Domremy

Domremy, village de Jeanne d'Arc © Michel Montignon CC
Domremy, village de Jeanne d'Arc © Michel Montignon CC
Partager

Aleteia vous emmène à la découverte des lieux insolites qui ont fait l'Histoire de France.

À Domremy, petit village de Lorraine traversé par la Meuse, débute l’une des plus extraordinaires aventures de l’histoire de France : celle de Jeanne d’Arc. L’histoire de cette bergère devenue combattante, héroïne nationale et sainte est connue de tous, mais ce qui est extraordinaire, c’est la façon même dont elle est entrée dans l’histoire du pays.

Lorsque Jeanne entend les voix qui la guident tout au long de sa vie, le roi de France est sur le point de perdre la guerre contre les Anglais et les Bourguignons. Domremy est un village de confins, situé à la frontière de l’Empire et du royaume de France, resté certes fidèle au roi de Bourges, mais dont la juridiction ne s’exerce pas de façon effective.

Un royaume aux mains des Anglais et des Bourguignons

Lorsque Jeanne quitte Domremy en 1428, le royaume de France est encore sous le choc de la bataille perdue d’Azincourt, où les meilleurs chevaliers Armagnacs ont été décimés. Puis le traité de Troyes de 1420 dépèce le royaume : il en lègue une part aux Bourguignons, et transmet la couronne de Charles VI, malade, à Henri V d’Angleterre, le dauphin Charles étant dépossédé. Réfugié à Bourges, de l’autre côté de la Loire, le roi n’est pas en mesure de restaurer la situation. Que Jeanne ait pu cheminer depuis Domremy jusqu’au roi de France est déjà quelque chose d’incroyable. Que ce dernier ait accepté une entrevue privée l’est tout autant, car cela n’est pas dans ses pratiques.

Puis une série de victoires renverse la situation : le siège levé d’Orléans le 8 mai 1429 et le sacre de Reims le 17 juillet qui confirme Charles VII comme véritable roi de France. Mais à cette geste hors du commun succède une fin tragique : la capture par les Bourguignons (23 mai 1430) qui la livrent aux Anglais, le procès inique dont la sentence était cousue d’avance, et la mort sur le bûcher de Rouen le 30 mai 1431. Cette jeune femme, comme peu d’autres, a bouleversé l’histoire de France et modifié son cours de façon totalement inattendue.

Il n’est pas anodin non plus que Jeanne soit une femme. L’histoire de la France est parcourue de ces nombreuses héroïnes qui contribuèrent à consolider et à fortifier le pays. Jeanne d’Arc a mis ses pas dans ceux de Marie-Madeleine, de Geneviève et de Clotilde. Si elle est un peu oubliée pendant l’époque moderne, son grand retour dans la mémoire collective est cependant permis par les républicains.

L’héroïne de Michelet

En 1841, Jules Michelet fait paraître Jeanne d’Arc qui transforme la jeune femme en véritable mythe. Sous la plume de l’écrivain, elle devient une femme du peuple éprise de justice et de liberté, qui se bat pour la France et qui restaure la grandeur nationale. Jeanne d’Arc devient ainsi une figure de la gauche républicaine, avant d’être reprise par la droite nationaliste puis par l’Église catholique. Elle n’est en effet béatifiée qu’en 1909 et canonisée en 1920. En 1922, Pie XI la proclame patronne secondaire de la France. Le village de Domremy, qui était oublié de tous, devient alors un lieu de mémoire essentiel de l’histoire de France. Les manuels de la IIIe République accordent une large place à Jeanne d’Arc, en faisant une figure du nationalisme et de la revanche. De même qu’elle bouta les Anglais hors de France, les Allemands doivent être chassés d’Alsace.

Une Jeanne inscrite dans les paysages

Sainte de nation, les statues de Jeanne se multiplient dans les villes de France. Rien qu’à Paris, on en compte quatre, ce qui est un record. Sainte catholique, ses statues ornent également les églises, à côté du curé d’Ars et de Thérèse de Lisieux. Au début du XXe siècle, quand la République affronte les catholiques, Jeanne d’Arc parvient à être la figure de l’unité nationale. Chacun la voit comme il veut, en fonction de ses orientations politiques, et tous peuvent se rattacher à son étendard.

Charles Péguy, le socialiste devenu chrétien, la chante dans ses poèmes. Ensuite, c’est le cinéma qui s’empare d’elle. Hollywood réalise plusieurs films de Jeanne, faisant connaître Domremy au monde entier.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]