Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Hommage à sainte Édith Stein

Portrait d'Edith Stein / Public Domain
Partager

Le 9 août 1942 mourait la philosophe et carmélite Édith Stein, l'occasion de retracer le parcours d'une vie exceptionnelle.

Honorer les membres du corps du Christ que sont les saints et les saintes, c’est rendre gloire à la Tête de l’Église, le Crucifié ressuscité. C’est donc le mystère pascal que nous célébrons dans le martyre de la philosophe et carmélite Édith Stein, canonisée à Rome par Jean Paul II le 11 octobre 1998, déclarée co-patronne de toute l’Europe le 1er octobre 1999, avec saints Benoît, Cyrille et Méthode, saintes Brigitte de Suède et Catherine de Sienne.

La quête de la vérité

Édith Stein naît le 12 octobre 1891 à Breslau, en Allemagne, au sein d’une famille juive de onze enfants. Enfant, elle est hypersensible, douée, assoiffée de savoir. Comme bien des saints, elle sent qu’elle est née pour la gloire, pour quelque chose de grand qui lui échappe et qui déborde le cadre bourgeois dans lequel elle est née. Vers l’âge de 14 ans, elle traverse une grave crise d’adolescence et se déclare athée.

À 20 ans, elle obtient, avec l’aide de sa mère, la rare autorisation pour une femme d’entreprendre des études à l’université de Breslau. Elle cherche la vérité dans des études de psychologie, puis elle quitte sa ville natale pour s’inscrire en philosophie où elle rencontre le père de la phénoménologie, Edmund Husserl. La Première Guerre mondiale éclate ; Édith interrompt ses études et sert comme infirmière à la Croix-Rouge. Elle reprend toutefois sa thèse de doctorat et la termine avec succès, ce qui lui vaut de devenir l’assistante privée de son professeur, Edmund Husserl. Déçue dans ses aspirations profondes, elle abandonne ce poste. Une question se fait de plus en plus persistante : y a-t-il une possibilité objective de la transcendance que l’on appelle Dieu? Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.