Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : La « solution militaire » en Syrie est une impasse

© FADI AL-HALABI / AFP
Rebel fighters fire towards positions of regime forces in Ramussa on the southwestern edges of Syria's northern city of Aleppo on August 6, 2016.
Syrian rebels said they have broken a three-week government siege of second city Aleppo, turning the tables on Russian-backed regime forces who are now on the defensive. / AFP PHOTO / FADI AL-HALABI
Partager

Nouvel appel du Saint-Père contre "la fermeture des cœurs" et le "manque de bonne volonté" de la communauté internationale face à la situation syrienne, cinq ans après le début du conflit.

Les civils paient encore « le prix de la fermeture des cœurs et du manque de volonté de paix des puissants », a dénoncé le pape dimanche, à l’angélus, en invitant les fidèles à quelques minutes de silence pour leurs « frères et sœurs » de Syrie, victimes de nouveaux combats dans le nord du pays. Son appel intervient deux jours après un message vidéo diffusé dans le cadre de la campagne « Syrie : la paix est possible » de Caritas Internationalis.

En une semaine, plus de cent trente civils ont été tués à Alep, la deuxième ville du pays, où un groupe de rebelles, islamistes et djihadistes, le 31 juillet, a lancé une offensive pour briser le siège des forces du régime syrien qui ont riposté par une série de raids aériens. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme basé à Londres, les différentes opérations ont mis en échec l’avancée des insurgés.

L’inertie des grandes puissances

« Hélas, des informations de nouvelles victimes civiles de la guerre en Syrie continuent d’arriver, en particulier d’Alep », a lancé le Saint-Père aux fidèles au-dessus d’une place Saint-Pierre « particulièrement noire de monde pour un mois d’août et malgré les importants contrôles de sécurité », rapporte l’agence I-Media. Que « tant de personnes sans défense, et tant d’enfants » aient encore à payer le prix de ces conflits par manque de bonne volonté des grandes puissances « est inacceptable », a-t-il souligné dans un cri contre l’inertie des grandes puissances. « Soyons proches » de ces personnes « par la prière et la solidarité », a-t-il alors appelé et « confions-les à la protection maternelle de la Vierge Marie », avant de réciter un Je vous salue Marie avec les pèlerins.

Message vidéo

Le 5 juillet dernier, dans un message vidéo diffusé à l’occasion de la campagne « Syrie : la paix est possible » lancée par Caritas Internationalis, le Souverain Pontife a fustigé les pays qui, « tout en parlant de paix », dépensent « des quantités incroyables d’argent » pour « fournir des armes aux belligérants ». Comment croire en ceux qui « de la main droite vous caressent, et de l’autre vous frappent ? », s’est-il interrogé avant d’appeler à la création d’un « gouvernement d’unité nationale » dans le pays.

Dans son message, le pape dénonce « les indicibles souffrances dont le peuple syrien est victime, contraint à survivre sous les bombes et à fuir vers d’autres pays ou zones moins déchirées par la guerre ».

Le pape appelle à une solution politique « immédiate » – « la seule possible » estime-t-il – tous conscients « qu’il n’y a pas de solution militaire en Syrie mais qu’une solution politique ». La communauté internationale doit donc soutenir les pourparlers de paix, en direction de « la construction d’un gouvernement d’unité nationale ». Il invite tout un chacun à agir auprès de « ceux qui sont impliqués dans les négociations de paix », afin qu’ils « prennent ces accords au sérieux et s’engagent à faciliter l’accès à l’aide humanitaire ». Pour cela, un premier impératif qu’il ne cesse de réitérer : « vaincre l’indifférence » et faire pression sur les gouvernements…

Soutenir le peuple syrien

Caritas Internationalis, c’est plus d’un million de personnes secourues par l’organisme au cours de ces seuls derniers mois. Celui-ci a lancé un nouveau site pour soutenir sa campagne : syria.caritas.org, afin d’aider cette Syrie pour laquelle « on peut tout me demander », comme l’aurait dit le pape. Tout simplement parce que les Syriens, « ne sont pas que des nombres, mais des êtres humains », qu’ils ont besoin qu’on leur redonne « espoir, dignité et paix », ajoute le président de Caritas Internationalis, le cardinal Luis Antonio Tagle, après avoir rencontré des Syriens au Liban et en Grèce.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]