Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

JO 2016. Entre deux épreuves, Simone Biles trouve le temps d’aller à la messe !

10 juillet 2016, à San José (Californie). Simone Biles passe l'épreuve de la gymnastique au sol. © Ezra Shaw/Getty Images/AFP
10 juillet 2016, à San José (Californie). Simone Biles passe l'épreuve de la gymnastique au sol.
© Ezra Shaw/Getty Images/AFP
Partager

En plus de son talent, la gymnaste américaine peut compter sur Dieu.

Simone Biles est la grande favorite des Jeux olympiques 2016 de Rio pour les épreuves de gymnastique artistique. Ses chorégraphies sont presque parfaites, et le monde entier est ébloui par son calme olympien face à l’immense pression des juges.

Qu’est-ce qui la pousse à être la meilleure ?

Pour répondre à cette question, Us magazine lui a récemment demandé de vider son sac de sport dans l’espoir de découvrir la formule de son succès. Pas de grande surprise, à part peut-être un chapelet blanc.

Simone Biles explique alors : « Ma mère, Nellie, l’avait pris dans une église. Je ne l’utilise pas pour prier avant une épreuve. Je prie Dieu quand je suis seule, mais je l’ai avec moi au cas où ».

7 juin 2016, à Beverly Hills (Californie). La gymnaste Simone s'exprime devant les médias. © Todd arshaw/Getty Images for the USOC/AFP
7 juin 2016, à Beverly Hills (Californie). La gymnaste Simone s'exprime devant les médias. © Todd arshaw/Getty Images for the USOC/AFP
7 juin 2016, à Beverly Hills (Californie). La gymnaste Simone s'exprime devant les médias.

« Elle a toujours aimé sauter sur les meubles »

La foi représente l’une des seules constantes de sa vie difficile. Simone Biles est née en Ohio d’une mère se battant contre l’alcoolisme et la toxicomanie. À l’âge de 3 ans, les services sociaux l’ont enlevée à sa mère et ont appelé ses grands-parents, vivant au Texas, qui l’ont volontiers adoptée avec sa sœur : « Envoyez-nous les petites… Je ne voulais pas qu’elles soient élevées par des étrangers ».

Aujourd’hui, elle appelle ses grands-parents « papa et maman » et va à la messe du dimanche avec eux. Ils ont exercé une influence capitale sur sa vie, et l’ont soutenue depuis le début.

À l’âge de 6 ans, Simone Biles a commencé la gymnastique, et n’a jamais arrêté depuis. Ses parents adoptifs ont remarqué son intérêt et son talent pour le sport. Dans une interview avec le Washington Post, ils racontent ainsi qu’ « elle a toujours aimé sauter sur les meubles de chez elle, si bien que sa mère, Nellie, en avait assez de répéter que les canapés et les chaises n’étaient pas un terrain de jeu ».

Dès le collège, elle a commencé à dédier toute son énergie à la gymnastique. Elle devait s’entraîner au moins trente-deux heures par semaine, et a fini par choisir un enseignement à domicile. C’est un choix que sa mère lui a laissé prendre, en lui disant : « Quelle que soit ta décision, je te soutiendrais… Mais il faut que ce soit toi qui la prenne, pas moi, car c’est un grand changement dans ta vie ».

10 juillet 2016, à San José (Californie). Simone Biles passe l'épreuve de la gymnastique au sol.  © Ezra Shaw/Getty Images/AFP
4 juin 2016, à Hartford (Connecticut). Simone Biles s'échauffe pour une compétition. © Meyer/Getty Images/AFP
10 juillet 2016, à San José (Californie). Simone Biles passe l'épreuve de la gymnastique au sol.

Sa foi et sa famille

Depuis qu’elle s’est entièrement dévouée à la gymnastique, le succès de Simone Biles n’a pas cessé. Au cours des trois dernières années, elle a remporté quatorze médailles lors des championnats du monde de gymnastique, dont dix médailles d’or. Elle n’a pas perdu un seul concours général depuis août 2013.

Elle a fait de nombreux sacrifices pour en arriver là, mais ses parents l’ont toujours soutenue. Sa mère a confié : « Cela implique beaucoup de dévouement et de sacrifices. Nous avons annulé nos vacances pour voyager avec Simone pour des concours. C’est un sacrifice de notre part, parce que c’est une passion pour notre fille. Nous sommes prêts à l’accompagner à chaque étape de son parcours ».

Dimanche 7 août, Simone Biles s’est déjà surpassée pour les qualifications : il est très probable qu’elle remporte des médailles d’or. Grâce aux bases solides de sa foi et de sa famille, Simone Biles a tous les atouts pour réussir dans les épreuves et dans la vie.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]