Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « Trop de rancœurs et de haine, le monde a besoin de pardon »

Partager

800 ans après "le Grand pardon" d'Assise, le Saint-Père a confessé une vingtaine de fidèles et appelé les chrétiens à "pardonner sans modération".

« Le monde a besoin de pardon ; trop de gens vivent enfermés dans le ressentiment et la haine, incapables de pardonner, empoisonnant leur vie et celle des autres au lieu de chercher la joie de la sérénité et de la paix. » Jamais le pape François n’avait été si empressé de marcher dans les pas de son saint patron pour réaffirmer, par le geste et la parole, la place du pardon et de la réconciliation dans la vie de tout chrétien. Huit cent ans après le « Grand pardon » de Jésus reçu par saint François pour tous les fidèles à l’intérieur de la chapelle de la Portioncule, à Assise en 1216, l’invitation du Saint-Père à « pardonner sans modération » lancé jeudi après-midi dans les murs de cette petite chapelle, aux chrétiens du monde, prend une résonance toute particulière.

Difficile de pardonner mais …

« Il est difficile de pardonner aux autres, cela coûte beaucoup ! », a reconnu le Souverain Pontife au cours de sa méditation après un quart d’heure de prière silencieuse au cœur de la basilique Sainte-Marie-des-Anges, construite autour de la Portioncule, berceau de l’ordre des Frères mineurs. Mais « il faut le faire ! », en ayant conscience que « nous-mêmes avons reçu le pardon, et infiniment plus » de Dieu. Le pardon de Dieu « dépasse toute imagination. (…) Il est sans limites », malgré nos défauts, a-t-il rappelé, et « bien que nous retombions souvent dans les mêmes péchés ». Dieu « ne se lasse jamais de pardonner. Il pardonne chaque fois que nous le lui demandons », a insisté le Pape, car son amour « n’a rien à voir avec notre soi-disant justice ». C’est donc le chemin à prendre – « la grande route » à suivre, a-t-il dit – si l’on veut donner à « l’Église et au monde » la possibilité de changer, de « se renouveler ».

Le Pape venait de lire un extrait de l’Évangile de saint Matthieu où Jésus demande de pardonner non « pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois ». Dans un monde qui a « tant besoin de pardon », offrir le témoignage de la miséricorde est une tâche à laquelle aucun chrétien « ne saurait se soustraire », a souligné fortement le Souverain Pontife.

Le besoin de miséricorde est « urgent », avait déclaré le Pape en illustrant le sens du jubilé extraordinaire de la Miséricorde, au lendemain de l’ouverture solennelle de la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre, le 8 décembre 2015. Il est urgent « en société, dans les institutions, au travail et au sein des familles » où, avait-il regretté, le pardon est devenu un « invité bien rare ».

 La confession inattendue

Et puis comme le Pape aime joindre le geste à la parole, une vingtaine de pèlerins – dont une femme en fauteuil roulant – venus assister à sa visite, a eu la joie de se voir « offrir » une confession avec le Pape qui, à la surprise de tous, après la méditation, a invité les pères franciscains à se mettre à la disposition des fidèles et annoncé sa propre participation.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]