Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Chrétiens au Tibet

© AFP PHOTO / SCANPIX SWEDEN / Gunvor Jacobsson
© AFP PHOTO / SCANPIX SWEDEN / Gunvor Jacobsson
Partager

Ils ont perduré sur cette terre de mission contre vents et marées.

1952 : les missionnaires du Tibet et des régions limitrophes sont expulsés par la toute nouvelle Chine communiste de Mao. Des communautés chrétiennes vont alors se retrouver privées de leurs prêtres, avec un avenir a priori bien sombre dans un pays en proie aux politiques chinoises anti-religieuses – le christianisme cumulant alors deux tares : être une religion et être perçu comme occidentale. Pourtant, les choses ont pris un tour étrange, dont il faut s’étonner.

La vitalité des communautés chrétiennes au Tibet

En effet, dans les Marches tibétaines du Sichuan et du Yunnan (deux provinces de Chine, dont une grande partie est historiquement territoire tibétain), les chrétiens ont perduré contre vents et marées. Encore aujourd’hui, quelques milliers de fidèles se réunissent pour prier dans des églises qui sont la mémoire des missionnaires d’antan. Des missionnaires, d’ailleurs, que les plus âgés des villages ont connus et aimés, et dont le témoignage est riche d’enseignements sur la réalité de la mission, faite de pâte humaine et de vie partagée bien plus que de grandes politiques et de grands sermons.

Néanmoins, loin d’être seulement une foi mémorielle ressassant le passé, la vitalité de ces communautés chrétiennes est impressionnante et s’illustre par la construction de nouvelles églises.

Des conversions en grand nombre

Au Sikkim et dans l’Arunachal Pradesh (deux états indiens du nord), le dynamisme est le même, et s’avère plus surprenant encore pour des territoires où la mission semblait stérile et qui aujourd’hui connaissent pourtant des conversions en grand nombre.

Une mission qui demeure d’actualité, avec un retour des envoyés des Missions Étrangères de Paris de la mission du Tibet sud, au Sikkim, avec l’envoi du père Julien Boury en juin 2015 (pour le moment au Népal).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]